Print Friendly, PDF & Email

Il n’y a pas que le parti Islam qui veut faire de la Belgique un état islamique. Le PS, le MR, le CDH, Ecolo et le PTB ont ouvert la voie pour l’islamisation de notre pays. On comprend mieux leur silence à l’égard des agressions (verbales et autres) de la communauté islamique. Il est grand temps de réagir !

Les faits :

PS : il y a longtemps que l’on connaît les liens entre PS et islamistes. L’exemple de Molenbeek est un vrai cas d’école. Pendant le maïorat de Philippe Moureaux, la commune est devenu un rendez-vous des terroristes – on en paie encore les conséquences. Malgré les attentats du 22 mars 2016, les islamistes n’ont pas baissé les bras. Jamal Ikazban agit en toute impunité. Il affiche sa proximité des Frères musulmans sans la moindre vergogne – et sans que cela n’entraîne le début d’une réaction au PS. La liste de Catherine Moureaux comporte un certain nombre de voilées, dont certaines militent dans des mouvements radicaux islamistes.Vive la laïcité ! Ne parlons pas d’Emir Kir et de ses liens avec les partis extrémistes turcs. A Bruxelles-ville, Philippe Close  mène une liste où figurent une islamiste (Faouzia Hariche) qui a truffé l’enseignement bruxellois de musulmans, à tous les échelons, sans regard pour leurs compétences. On retrouve aussi Mohamed Ouriaghli, embourbé dans toute une série de combines, la dernière étant le scandale du Gial.

 

MR : un candidat mène sa campagne avec des affiches rédigées uniquement en arabe. Personne ne le rappelle à l’ordre. En effet, la loi impose de mener une campagne d’affichage uniquement dans les trois langues nationales, selon les régions. Essayez toujours d’afficher vos slogans en français à Gand ou à Dilbeek…

Notons que cette habitude de mener campagne en langues étrangères devient coutumière dans tous les partis. Volontiers sourcilleuse sur le respect des lois belges, la justice n’intervient pas contre cet dérapages inacceptables et malvenus.

 

CDH : le parti de Joëlle Milquet a montré l’exemple. Il s’est longtemps vanté d’avoir fait siéger au parlement bruxellois la première élue voilée, Mahinur Özdemir, une proche d’Erdogan et grande admiratrice de sa politique en faveur d’une société islamisée. A Molenbeek, la liste CDH est tirée par l’ineffable Ahmed El-Khannouss, lui aussi très proche de l’islam radical. On se souvient que sa fille fréquentait un djihadiste « à l’insu de son plein gré », évidemment.

PTB : le parti de Raoul Hedebouw réclame l’ouverture totale des frontières. Pour le parti aux relents nord-coréens, tout « migrant » est le bienvenu et doit obtenir la nationalité belge sans le moindre problème. L’engagement du PTB en faveur des palestiniens lui attire des sympathies chez les islamistes. De même que l’invitation à la Manifiesta de septembre du rappeur djihadiste Medine, auteur de textes anti-Blancs et proche de Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères Musulmans, alliés des nazis pendant la guerre.

ECOLO : il suffit de citer Sarah Turine et Zoé Genot (et elles ne sont pas seules) pour ne se faire aucune illusion de l’islamisation de ce parti. Rappelons que Zoé Genot fut une ardente activiste pour faire revenir en Belgique Oussama Atar (2010), celui-là même qui, rentré en Belgique, eut tout loisir pour organiser les attentats islamiques à Paris (novembre 2015) et à Bruxelles (2016).  Turin et Genot militent évidemment pour la régularisation sans limite des sans-papiers.

 

Ce que nous exposons sur cette page n’a rien à voir avec du racisme ou de l’islamophobie, accusations que les bien-pensants ne manqueront pas de lancer. Il s’agit du respect des lois et de la laïcité. Nous aimerions, par exemple, que les candidat(e)s de la liste Moureaux à Molenbeek nous parlent d’autres points du programme socialiste que « la défense des minorités » – ce qui est d’une sombre ironie, puisque les musulmans sont majoritaires dans cette commune. 

En tout cas, le PARTI POPULAIRE restera le rempart et le seul espoir contre l’islamisation du pays.

D.K.

Commentaires