Print Friendly, PDF & Email

La presse subsidiée (celle qui perd des lecteurs comme un chat angora, ses poils) s’acharne à vouloir nous persuader que « la droite » est un danger, et pas l’islamisme, et pas le gauchisme. Les chiffres officiels démolissent cette imposture : c’est bien l’extrême gauche qui est un réel danger.

Le ministre a dévoilé les chiffres de l’OCAM (Organe de Coordination pour l’Analyse de la Menace) concernant les prédicateurs de haine (voir ici).

Il en ressort que 90 personnes, signalées comme dangereuses au plan de l’idéologie, se retrouvent dans la base de données de l’OCAM.

Il s’agit de 16 prêcheurs de haine d’extrême gauche, 15 étrangers venus semer la haine chez nous, 40 autres, majoritairement musulmans, appelant à la haine et… 7 prêcheurs de haine, venus de l’extrême droite. Cela ne représente 7 % du total !

Et pourtant, c’est le « danger d’extrême droite » que les biens pensants (presse, magistrats, ONG, etc) montrent du doigt. Il se fait – et les chiffres officiels le prouvent – que les apologistes gauchistes de la haine (plus de 60) sont dans le même camp que les bien pensants.

On comprend évidemment pourquoi les amis des porteurs de haine visent seulement « l’extrême droite » : c’est pour mieux museler les voix des citoyens (notamment ceux qui adhèrent au PARTI POPULAIRE) insensibles aux mensonges et dégoûtés par les combines de la gauche. Sous le label « extrême droite », les médias aux ordres (Le Soir, La Libre, RTBF, RTL…) s’empressent de réunir toutes les opinions dissidentes, tous les partis de rupture contre la mélasse qui nous engloutit depuis plus de 50 ans et forge notre malheur. Du reste, on attend toujours les attentats, les égorgements, les attaques au couteau menées par des sauvages se réclamant de « l’extrême droite », telle que la conçoivent les bien pensants.

Certaines hautes consciences ne manqueront pas de prétendre, sans la moindre preuve, que les chiffres de l’OCAM sont biaisés. Jan Jambon a expliqué la procédure menant à classer des individus ou groupes dans la catégorie « dangereux ».

Les renseignements sont transmis à l’OCAM depuis la Sûreté de l’Etat, le SGRS (Service Général du Renseignement et de la Sécurité – le renseignement militaire), la police ou l’OCAM lui-même.

L’OCAM évalue ensuite la dangerosité des prédicateurs de haine et, après concertation avec les services précités, remet une décision finale. Il s’agit donc d’un processus très sérieux. Les chiffres cités dans cet article ne résultent pas d’une vague évaluation ou d’une idéologie quelconque. Du concret, du réel – tout ce que la gauche déteste, qui remet en doute toutes ses convictions, ses dogmes et ses carabistouillef.

De ces chiffres diffusés par l’OCAM, il ressort que le vrai danger extrémiste en Belgique vient de la gauche et du gauchisme islamiste ou, si l’on préfère, le gauchislamisme. Le Peuple le clame depuis toujours, lorsqu’il dénonce des gens comme Emir Kir (PS), proche d’Erdogan et des négationnistes, ou Jamal Ikazban (deuxième sur la liste PS, à Molenbeek), proche des Frères musulmans et ami du terroriste Atar, qu’il fit rentrer en Belgique sous de fallacieux prétextes, en 2010, ce qui permit à ce terroriste d’organiser les attentats de Zaventem et de Maelbeek, en mars 2016. Il sera intéressant d’étudier les scores obtenus par Kir et Ikazban : s’ils sont plébiscités, cela signifiera que le discours de haine gauchislamiste est beaucoup plus dangereux qu’on ne le croit et solidement ancré dans certaines communautés… 

 

Commentaires