Print Friendly, PDF & Email

Un rapport spécial du GIEC donne froid dans le dos… aux grands prêtres du « réchauffement climatique ». Selon ces « experts en climat », le retour des centrales nucléaires relève de l’urgence !

Rappelons que le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’évolution du Climat) est l’arme dite scientifique pour imposer l’imposture du réchauffement climatique dont l’activité humaine serait la grande responsable.


Pour comprendre les débats insensés, qui agitent le monde politique belge, les explications ci-dessus permettent d’argumenter.

Greenpeace est cette organisation internationale qui a décidé de tuer le nucléaire. A cette fin, tous les moyens sont bons.

Il s’agit d’une information spectaculaire, mais sciemment tronquée.

Le GIEC souligne qu’il y a bien des différences entre centrales nucléaires, que le nucléaire ne pollue pas, que le nucléaire civil est la seule source d’énergie pratiquement sans danger pour les populations. Une vérité qui ne plaît guère à Greenpeace, qui vit des dons, tant des industriels du « Vert » que des particuliers qu’il convient de terroriser par des scénarios apocalyptiques.

Ecolo, orienté par Greenpeace, ne veut pas que le bon peuple se renseigne. Pour les ayatollahs « verts », il faut condamner la Belgique à un plan de destruction complète de son outil actuel de production d’énergie électrique !

Ecolo en arrive à ruiner notre pays pour le « sauver du nucléaire« , selon sa propagande. Dans cette perspective de « sauvetage », Matthias El Berhoumi (membre du CIRC – Centre Interdisciplinaire de Recherches en droit Constitutionnel et administratif) a présenté un plan « de sauvetage » qui doit devenir loi.


En réalité, la dictature verte s’emploie à s’entourer de juristes pour empêcher toute contestation des mots d’ordre sur le « réchauffement climatique ». M. El Berhoumi n’est ni climatologue, ni météorologue, ni scientifique ; c’est un juriste, prof à l’Université Saint-Louis (Bruxelles).

On comprend pourquoi Ecolo-Groen et tous les partis traditionnels veulent imposer une « procédure d’urgence » pour nous faire gober la « loi climat ». En effet, la population belge risque de prendre connaissance du dernier rapport du GIEC, qui remet en question l’enfumage pratiqué par Ecolo et soutenu par trous les partis traditionnels. Le Parti Populaire a clairement indiqué son opposition à cette législation de trop.

Le rapport du GIEC invite les Terriens à multiplier les centrales nucléaires.

Il implique, pour la Belgique, de garder son outil et de construire de l’ordre de deux centrales nucléaires pour retrouver son autonomie de production d’électricité. La Belgique a perdu cette autonomie par la faute des Verts et des partis traditionnels (PS, MR, CDH, DéFI) qui ont laissé filer à l’étranger tous les organes de décision en matière de fourniture d’énergie.

Les investissements en éoliennes, durant 15 ans, ont débouché sur 30 % de déficit. Il fallait à tout prix détruire le nucléaire et imposer l’industrie « verte », important soutien financier des partis « verts » en Europe.

La stratégie est connue : d’abord, alarmer la population par des informations tronquées. Tchernobyl, centrale militaire de production de plutonium 239, incendiée en 1986, a rendu la tâche de Greenpeace facile.

La Belgique pourrait revenir à la pointe du nucléaire totalement sûr

Le GIEC sait que le nucléaire civil n’a jamais spécifiquement tué – pas plus à Fukushima qu’ailleurs !  Sachons que la Belgique met au point le procédé d’élimination des « déchets » en les consommant comme carburant dans des centrales dites de 4e génération.

Notre pays rend aussi possible la multiplication des SMR (Small Modular Reactor) dérivés de MYRRHA.  Ces SMR ont toutes les qualités que peuvent souhaiter de vrais écologistes – sécurité, non pollution,  carburant à disposition pour l’éternité – et on ne peut que souhaiter que ces vrais écologistes s’instruisent au lieu de se laisser conditionner par Greenpeace.


Pour certains, il est donc plus qu’urgent que la partie utile du discours du GIEC ne soit pas connue des Belges à temps et que notre pays soit engagé de façon irréversible dans la voie qui enrichit des industriels de plus en plus avides.

Signalons que la plupart des grands pays qui en ont les moyens – comme la Russie, la Chine, le Canada, l’Inde, l’Angleterre… – préparent pour très bientôt les premières centrales nucléaires totalement sûres, sans risque en cas d’attaque guerrière ou terroriste, et pour lesquelles notre planète dispose d’un carburant éternel… Carburant qui pourra être prélevé partout dans les mers; grâce au travail de Steven Chu, quand les « déchets » actuels auront été consommés.

Signalons aussi que l’Allemagne et ses satellites, soumis aux menaces d’actions agressives de Greenpeace, sont les seuls pays à ne pas développer le nucléaire civil et terminons par une réalité visible,  bien regrettable : l’Allemagne n’a jamais autant pollué que depuis qu’elle est « Grün » ! Moins visible mais tout aussi vérifiable : l’industrie allemande tire d’énormes profits des ventes d’éoliennes en Belgique, en France et ailleurs.

Concluons par un peu de bon sens : on ne ruine pas tout un pays, tous ses citoyens, pour une lubie propagée par des irresponsables. Ou des « achetés » : des partis comme Ecolo sont prêts à sacrifier les intérêts des citoyens belges au profit des intérêts d’industriels « verts », qui ne se sont jamais aussi bien portés. A propos de la machine de propagande antinucléaire  on lira avec intérêt le livre de Thibault Kerlizin, Greenpeace : une ONG à double fond(s) ?

C.B.

Commentaires