Print Friendly, PDF & Email

éoliennes

Notre rédaction vient de recevoir un document qui reconfirme l’opposition déterminée des riverains / habitants à l’implantation d’éoliennes sur les communes de Gembloux et de La Bruyère sur le lieu-dit « du Ridias ».

Il s’agit pour ce lieu précis, de l’implantation de 8 grandes éoliennes de 130 mètres de hauteur, d’une puissance installée pour chacune de 2 à 3 MW. C’est-à-dire en lissage, d’une puissance d’exploitation, au total pour les 8 éoliennes d’une moyenne de maximum 4 MWh, donc un très faible apport énergétique, par rapport aux dégâts que ces machines vont causer.

Certaines habitations seront à moins de 600 mètres d’une éolienne.

Ce document est accompagné de deux copies de lettres – pétitions portant la mention « LETTRE D’OPPOSITION ». Elles sont adressées respectivement au Collège Communal de La Bruyère au Collège Communal de Gembloux.

La mention reprend : « Enquête publique du 18.12.2013 au 27.01.2014 relative à un complément d’étude d’incidences sur l’environnement à la demande de la sprl ABO-Wind ».

Nous reprenons l’une des phrases des lettres, nous citons : « La réalisation envers et contre tout du parc éolien du Ridias ne servirait qu’une idéologie verte inconditionnelle et un promoteur privé pressé d’engranger subsides et certificats verts tant que cette gabegie a cours ».

Et les lettres reprennent : « Je confirme toutes les objections en 53 points, émises à l’occasion de l’enquête publique du 19.03.2012 au 18.04.2012 sur la demande de permis unique de la part de la sprl ABO-Wind Parc éolien du Ridias, complétées par celles du 25 novembre dernier ».

Ces lettres sont signées : « porte-parole des 1800 opposants au projet lors de l’enquête précédente ».

Pour l’information du lecteur, nous avons consulté le site de la société ABO-Wind qui est chargée des travaux et des installations. Comme d’habitude, ce genre de société présente toujours ses réalisations avec des puissances installées. Ce genre de message déforme la réalité, puisque les responsables belges ne devraient tenir compte que des puissances d’exploitation basées sur les statistiques météorologiques.
Tous les vrais spécialistes vous diront que les éoliennes produisent de l’électricité en moyenne 6 jours par mois, soit une rentabilité de maximum 20 %.

Nous voudrions également résumer quelques points ce que dit le CWEDD (Conseil Wallon de l’Environnement pour le Développement Durable) sur ce parc éolien de Gembloux – La Bruyère.
Au passage, il s’agit d’un organisme wallon qui coûte et donc augmente les taxes des Wallons.

Voici ce que nous en comprenons, en tenant compte que le CWEDD est un organe consultatif, chargé d’éclairer les ministres idoines du Gouvernement Wallon.
D’aucuns disent que le CWEDD a été mandaté aussi par ABO-Wind. « Les villages vont ressentir une sensation d’encerclement et certaines rues des diverses sous-communes auront toujours dans leur champ de vision un ou des parcs éoliens » « Les projets éoliens » vont avoir un impact sur le maillage écologique… ».

Nous sommes désolés de ne pouvoir mettre in extenso la teneur du rapport, mais il comporte clairement quelques points plutôt mitigés.

Nous ajoutons que les considérations des pétitions n’ont pas été prises en compte.

De plus en dehors de ce projet précis, le CWEDD, en 2013, a critiqué fortement la cartographie éolienne présentée par les Ecolos. Enfin pour couronner le tout, le Ministre Henry a, il y a quelques temps déjà, pris une décision, sans tenir compte de l’avis des riverains / habitants.

Pour lui, c’est oui pour ce parc éolien.
Pour les riverains, c’est non.
Vous aurez compris que l’avis des Citoyens n’est même pas écouté.

Pour l’heure, il reste évidemment un recours au Conseil d’Etat. Nous ne savons pas si le pas sera franchi par les opposants. Nous pouvons supposer que ce sera le cas !

JACQUES D’EVILLE

Commentaires