Print Friendly, PDF & Email

La Turquie, membre de l’OTAN, vient d’acheter le système de défense anti-aérien le plus sophistiqué de la Russie, dont coût 2,5 milliards de dollars. Le système de défense S-400 inclut le transfert de la technologie russe, indique le communiqué, repris par Bloomberg. Cela permettra à la Turquie de construire deux des 4 batteries S-400 sur son propre sol. C’est une gifle incroyable pour l’OTAN : un de ses membres les plus importants fait désormais ses emplettes à Moscou !

Erdogan est furieux sur les Européens, de ne pas vraiment vouloir l’entrée de la Turquie dans l’UE, mais personne en Europe n’ose l’affronter

C’est le témoignage de la frustration du président Recep Tayyip Erdogan par rapport l’Occident. Non seulement l’Europe cherche à arrêter le processus d’adhésion à l’Union européenne (sans oser le dire ou le faire) , mais les Etats-Unis ont refusé tout net d’extrader la figure d’opposition turque Fetullah Gulen, qu’Erdogan considère comme l’organisateur du coup d’état de juillet 2016. Dans un discours ce week-end du 16 juillet, pour l’anniversaire du coup d’état manqué, Erdogan a d’ailleurs utilisé un vocabulaire de plus en plus sanguinaire, parlant « d’arracher la tête de ses opposants ».

Les kurdes du PKK et ceux qui combattent contre l’Etat islamique en Syrie et en Irak, se retourneront ensuite contre la Turquie. C’est ce que craint Erdogan.

Le gouvernement turc prétend avoir “85 caisses d’évidences concrètes” de la participation de Gulen au coup d’état qui a tué 250 personnes et en a blessé 2.100 autres.

Enfin, Erdogan est furieux de voir les Etats-Unis (et la coalition) soutenir les forces kurdes qui s’avèrent très efficaces dans la lutte contre l’Etat Islamique, à Mossoul et à Rakka.

Les Etats-Unis, prudents, avaient retiré les batteries de missiles Patriot qui étaient déployés en territoire turc à la frontière avec la Syrie. Elles n’avaient pas d’utilité réelle.

Précédemment, la Turquie avait renoncé – sur pressions américaines – à acheter un système similaire mais moins performant des Chinois.

Les systèmes S-400 russes détectent et détruisent tous les objets volants (avions, drones ou surtout missiles) à une distance de 375 km. Seules la Chine et l’Inde s’en sont dotées à ce jour.

En Europe pendant ce temps, Angela Merkel et Sigmar Gabriel, son ministre socialiste des Affaires étrangères, freinent des 4 fers face à leur obligation d’investir enfin une part sérieuse de leur budget dans la défense de l’Europe. Donald Trump a eu raison de mettre les Européens face à leurs responsabilités. Il est temps que l’Europe paie pour sa propre défense et ne compte plus seulement sur le parapluie américain, même si cela ne fait pas notre affaire sur le plan fiscal…

C.T.

Commentaires