Print Friendly, PDF & Email

Après les frappes « ciblées », « chirurgicales », « sans perte de vie humaine » effectuées sur la Syrie par le trio américano-anglo-français, le Président Macron se devait d’expliquer ce miracle d’un « bombardement qui n’est pas un acte de guerre ». Pourquoi s’expliquer ? Il est tout à fait courant de lancer des bombes (à 2,6 millions d’euros l’unité) pour affirmer son attachement à la paix, en temps de paix…

La rencontre avec la presse voyait Emmanuel Macron, confronté à un bateleur de foire (« aucune question n’a été soumise au Président » – qui va croire cette grosse carabistouille ?) et Edwy Plenel.

Quelques jours auparavant, ce dernier avait reconnu qu’il s’était réjoui du massacre de 11 athlètes israéliens par les terroristes palestiniens du groupe Septembre Noir, aux Jeux Olympiques de Munich, en 1972. Sous le pseudonyme de Joseph Krasny, Plenel l’avait écrit dans le quotidien « Rouge », de la Ligue Communiste Révolutionnaire. Evidemment, selon Plenel, « conscience » du site Mediapart, il ne faut absolument rien voir d’antisémite dans son texte odieux.

Faut-il s’étonner que le Président Macron ait insisté pour se faire interviewer par ce personnage douteux ? Mais non : Plenel est toujours du côté du pouvoir. Sa fille a reçu un emploi presque fictif et bien rémunéré à la Ville de Paris, dans l’entourage d’Anne Hidalgo, maire socialiste de la Ville Lumière. Et c’est le même Plenel qui a lancé un faux scandale contre François Fillon (scandale dont plus personne ne parle, ce qui dit le sérieux de ce lynchage) pour laisser le champ libre au candidat Macron.

Au passage, on s’étonnera que la « conscience » Plenel n’ait pas cuisiné Macron pour l’obliger à exhiber les preuves d’utilisation d’armes chimiques par les troupes d’Assad.

Le Président n’avait donc rien à craindre des questions faussement « impertinentes » d’une star médiatique qui ne doit son statut qu’à ses courbettes de courtisan.

Et il a bien rempli sa tâche. Avec ses questions faussement impertinentes, ses effets de manche et sa moustache en bataille, il a permis au Président Macron de convaincre 50 % des Français !

Commentaires