Print Friendly, PDF & Email

Dans le feu d’une de ces mâles déclarations, dont il détient le secret, Paul Magnette a invité les bobos/gogos de gauche à considérer combien les scandales en Wallonie (Publifin, Nethys, Verviers, Ores, Samusocial, Cuisines bruxelloises, etc, etc, etc) étaient de la gnognote à côté de ceux qui existent en Flandre.

Peut-être. Cela demande à être étudié. Mais ce que le bourgmestre de Charleroi s’est bien gardé de préciser, c’est que les scandales financiers, en Flandre, concernent tous des membres du parti socialiste SP.A ! A l »exception de Karel De Gucht (OpenVLD, équivalent du MR), tous les personnages visés par la Justice sont des rouges : Daniël Termont, bourgmestre de Gand, Johan Vande Lanotte, bourgmestre d’Ostende, Frank Vandenbroucke, ancien président du SP.A, Willy Claes, ancien ministre et ex-secrétaire général de l’OTAN, une brochette d’échevins anversois et limbourgeois SP.A, on en passe et des pires.

Et, en effet, les affaires dans lesquelles ces beaux messieurs sont impliqués valent leurs pesants d’or.

En « dénonçant » les pourris flamands, Paul Magnette a donné une leçon de magnettisme : atteint d’une forme rare de daltonisme, il oublie de donner la couleur politique des coupables.

Commentaires