Print Friendly, PDF & Email

Le Parti Populaire ne participait pas à la Marche contre le Pacte de Marrakech. Il a préféré une attitude adulte : le combat au parlement, appuyé par le dépôt d’une motion de méfiance à l’égard du « gouvernement » Michel. Mais il y avait d’autres raisons.

Dès le départ cette marche, exprimant un ras-le-bol légitime des simples citoyens, a été squattée par des groupuscules d’extrême droite, majoritairement flamands. On y a croisé des membres du Vlaams Belang, de Schild&Vrienden, Voorpost et autres VNV.

N’étant pas un parti d’extrême droite, mais de droite décomplexée, le Parti Populaire n’avait pas à se mêler à ces amateurs de provocations et de bagarres.

En plus, il y avait les pièges tendus par la gauche et l’extrême gauche.

Excités par des personnages tel que l’avocat Alexis Deswaef, les pro-Marrakech espéraient bien créer des incidents, malgré leurs rangs clairsemés – la presse subsidiée l’a estimée à 1.000 personnes, sans citer la moindre source. Ce qui veut dire que les trublions étaient 500 à la grosse louche. Les anti-Marrakech avaient réuni plus de 5.500 personnes.

La désinformation à propos des partis de droite

On se souvient du vaudeville concernant l’autorisation de cette marche. Philippe Close (PS), bourgmestre de Bruxelles a commencé par l’interdire, suivi par Rudi Vervoort, ministre-président du « gouvernement » bruxellois. Puis, le conseil d’Etat a annulé les interdictions.

Afin de ne pas perdre la face, la gauche a enclenché la machine à désinformer. Un exemple, ce titre du Soir :

Bruxelles: organisée par des groupes de droite et d’extrême droite, la «marche contre Marrakech» sera tolérée

Question: quels sont ces « groupes de droite » ? Le MR (ne pas rire) ? Le PP ? La manoeuvre était évidente : il fallait mettre droite et extrême droite dans le même sac. Et empêcher tout débat (« on ne parle pas avec l’extrême droite« , disait Philippe Moureaux).

Bien évidemment, la RTBF et RTL étaient du complot, mais la manigance a fait un flop. Il a bien fallu reconnaître que les provocateurs étaient à gauche.

Le but des médias vendus au gauchisme consistait à faire croire que les seules opposants au « pacte de Marrakech » étaient des racistes et des xénophobes, sous-entendu « de droite ».

Il n’en reste pas moins que le Parti Populaire s’oppose fermement et résolument au « Pacte de Marrakech ». Il s’agit d’une atteinte au bien-être et à la liberté de pensée du simple citoyen. Il ne fait aucun doute que les migrants ne paieront pas nos pensions, tandis que nous paierons leurs allocations, leurs pensions et… leurs mosquées. 

D.K.

Commentaires