Print Friendly, PDF & Email

Les obsédés du climat vont défiler à Bruxelles, ce 2 décembre 2018. Leur agitation fait penser à ces sorciers indiens caricaturaux dans Lucky Luke, lancés dans une danse frénétique pour faire pleuvoir. Le problème, c’est que ces manifestants, la plupart de bonne foi, se laissent manipulés par des intérêts pas si honorables que ça.

Déjà en 2013, des scientifiques mettaient en question le réchauffement climatique.

Une croyance, telle que celle à propos d’un buisson prenant feu spontanément et se mettant à parler : cela reste une croyance, respectable certes, mais ce ne sera jamais un fait étayé par la science.

Il en va de même avec le « réchauffement climatique ». Les églises se vident, la pratique religieuse disparaît, mais il semble que l’homme ait besoin de sacré.

Les mensonges de la nouvelle religion planétaire

Le climat est devenu la religion de ce début de millénaire. Elle a ses grands prêtres (les bonzes du GIEC), ses adorateurs, ses apôtres, se missionnaires, ses inquisiteurs. Et ses pèlerins, comme ceux qui rempliront les rues de Bruxelles, ce dimanche 2 décembre.

Comme autrefois le christianisme, la nouvelle religion n’admet pas la contradiction, s’arrange pour faire taire les voix dissidentes, traite d’hérétiques ses contradicteurs. Voir à ce sujet, l’excellente analyse de Belgotopia.

La nouvelle religion a, elle aussi, besoin d’annoncer des catastrophes, une apocalypse, si on ne se convertit pas à ses dogmes. Les manifestants de ce 2 décembre (un dimanche !) seront prêts à porter la croisade contre la Russie, la Chine – tous ces peuples insensibles à la sainteté du nouveau Graal, le GIEC.

Mais les Bons Pères du climatianisme ont le chic d’oublier leurs mauvaises idées d’autrefois.

Les mêmes, dans les années 1970, annonçaient la glaciation 

Dès les années 1970, une vaste campagne médiatique a été lancée pour nous avertir des méfaits du pétrole. ainsi, dans son numéro du 28 avril 1975, Newsweek annonçait que les modifications climatiques allaient provoquer des famines gigantesques, avant la fin du 20ème siècle. Depuis, la famine recule globalement dans le monde. Et là où elle subsiste, c’est le plus souvent en raison de guerres.

Le plus grotesque dans la campagne d’annonces de l’Apocalypse, version années 1970, c’est que le même bourrage de crânes que celui pratiqué aujourd’hui, nous assurait que les effets de l’activité humaine sur le climat nous vaudrait… une glaciation, et non un réchauffement ! Voir à ce sujet un article du 11 janvier 1975, dans le magazine Time annonçant « The Big Freeze » (le grand refroidissement).

De très sérieux scientifiques (le docteur Murray Mitchell, entre autres) nous assuraient d’une chute vertigineuse des températures avant la fin du 20ème siècle. Il n’avait pas capté le dogme du « réchauffement climatique » ! Depuis 1975, il semble que le thermomètre ait fait un bond prodigieux…

La Terre reverdit… grâce à l’augmentation de CO 2

Où entendrez-vous la voix de François Gervais, sinon dans Le Peuple ? Selon cet éminent physicien, professeur émérite à l’université François Rabelais de Tours, »vouloir réduire le CO2 est une ineptie« .

Et d’argumenter : « Le CO2 sert de nourriture indispensable et irremplaçable de la végétation. Grâce à des observations par satellite on a constaté un verdissement de la planète. En 33 ans on a gagné l’équivalent d’un continent de 18 millions de kilomètres carrés, 33 fois la superficie de la France ! La planète s’est reverdie car plus il y a de CO2 dans l’air, plus ça évite le stress hydrique des plantes. Donc, c’est un vrai bénéfice ! »

Ce n’est pas l’Europe qui pollue !

La littérature des bons pères de la nouvelle Eglise ne recule devant rien pour dénigrer leurs contradicteurs. Ainsi, lorsque Donald J. Trump dit qu’il doute de l’influence humaine sur le réchauffement climatique, cela devient « Trump nie le réchauffement climatique« .

The concept of global warming was created by and for the Chinese in order to make U.S. manufacturing non-competitive.

Faut-il suivre Donald J. Trump lorsqu’il tweete que « le concept du réchauffement a été créé par les Chinois, afin de rendre l’industrie US moins compétitive » ?

L’affirmation n’est pas dénuée de sens, lorsque l’on apprend ce que contient la vidéo ci-dessous :

Force est de conclure que la Chine ne compte pas diminuer sa production de CO2, contrairement à l »Europe et aux Etats-Unis, où l’industrielle retrouve sous la coupe de réglementations de plus en plus contraignantes… et tueuses d’emplois.

Il est étrange que le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) ne tente pas de mobiliser ailleurs qu’en Europe – le continent le moins pollueur.

La Chine, évidemment. Et l’Inde, et le Pakistan, et le Qatar, et l’Afrique centrale ?

Les marcheurs de ce dimanche réclament un air pur, des villes dépolluées. Imagine-t-ils que, dans lame modèle actuel, cet air pur ne peut se réaliser qu’au prix d’un air plus vicié encore dans les pays hors d’Europe ?

Savent-ils que les panneaux solaires et les éoliennes ne sont réalisables qu’au prix du sang d’enfants travaillant dans des mines hyper-polluantes ?

Il y a beaucoup de questions à poser aux « experts » du GIEC. Et aux politiciens opportunistes, pour lesquels le « réchauffement climatique » est l’occasion de grappiller des électeurs. Quitte à leur inventer de nouvelles taxes « vertes » destinées prétendument à la transition énergétique.

D.K.

Commentaires