Print Friendly

La ministre fédérale de l’Energie s’avère décidément en-dessous de tout! Marie-Christine Marghem (MR) a fait illusion quelques temps. Elle a pris (très tard) la décision indispensable de prolonger le parc nucléaire complet jusqu’en 2025 (Doel 1 et 2 ont été maintenus en juin 2016), mais la voilà qui refuse l’obstacle et décide maintenant de ne pas décider pour l’après 2025. L’urgence est pourtant là: on ne décide pas une politique énergétique et des investissements énormes au dernier moment. En 2017, huit ans avant, nous sommes au dernier moment!

Ce lundi matin 30 janvier, invitée chez Bertrand Henne (La Première – RTBF), elle a expliqué qu’elle allait réunir tous les ministres de l’Energie belges. Ils sont quatre! Ils vont « comparer leurs visions de la situation et tenter – ensemble – de dégager une politique pour l’après-2025 », un « pacte énergétique », sachant que la décision a été prise en 2003, de sortir du nucléaire! 

4 ministres de l'Energie,... qui ont du bon temps, ,ne sont pas fichus d'arriver à un accord en 10 ans et nous mènent droit dans le mur sur le plan de l'Energie.
4 ministres de l’Energie,… qui ont du bon temps… Marghem (à droite) va de nouveau les réunir « pour voir ce qu’on va faire » après 2025; un nouveau « pacte énergétique ». Paul Furlan est remplacé par Christophe Lacroix pour la Wallonie. La régionalisation a rendu ce pays ingouvernable et ces politiciens n’ont aucune envergure.

Marghem dit tout et son contraire. Ses explications montrent clairement qu’elle est spectatrice et ne prend aucune responsabilité.

Elle sait que les pseudo-renouvelables, intermittents, que sont le solaire et l’éolien, ne sont pas la solution. Elle sait que les centrales au gaz (indispensables pour compenser l’absence de vent ou de soleil) doivent être maintenues, mais avoue que « les électriciens les ferment par manque de rentabilité ». Elle laisse donc entendre qu’elle va subsidier les centrales au gaz non rentables pour permettre de continuer à jouer avec l’éolien non rentable et massivement subsidié! Des subsides pour permettre de continuer à subsidier! Au fou!

Et cerise sur le gâteau, elle prétend que l’électricité ne peut pas « dépasser certains seuils », pour rester dans des prix « raisonnables ». Comment va-t-elle faire avec le coût énorme des « renouvelables » et des « réseaux intelligents » que les renouvelables imposent sans pour autant régler les problèmes d’intermittence? Elle n’en sait rien.

Marie-Christine Marghem est incompétente et refuse de faire face aux défis énergétiques qui nous attendent. Le nucléaire est indispensable, encore bien au-delà de 2025 pour assurer la fourniture d’électricité aux citoyens et aux entreprises. L’idée de faire appel aux pays voisins, parce que des politiciens de bas étage n’osent pas décider, est coûteuse pour la Belgique et non fiable. La politique énergétique européenne est un désastre. Il est temps de dire quelle est la réalité aux citoyens et de prendre des décisions. Marghem s’en avère incapable; elle laisse pourrir la situation. Ne parlons même pas des ministres régionaux!

L.R.

Commentaires