Print Friendly

L’enquête de la Commission parlementaire sur Publifin, les discrets « nettoyages » des conseils d’administration de toutes ces intercommunales wallonnes et bruxelloises où les partis traditionnels se servent et servent leurs mandataires sans vergogne, suscitent des tentatives – souvent naïves – d’hommes et de femmes politiques qui cherchent à montrer qu’ils sont honnêtes.

La conseillère provinciale-échevine de Stoumont Marie Monville (CDH)

Témoin, le Facebook d’une échevine de Stoumont et conseillère provinciale (Liège), Marie Monville (cdH). Elle déclare rendre publics son implication dans son travail politique et ses rémunérations.

Apparemment sympa, mais c’est de la psycho-thérapie à la mode Facebook. D’abord, il n’y a personne pour vérifier ses dires. Ensuite, la brave dame avait en 2015 12 mandats et professions dont 5 rémunérés. Elle exerce une profession d’indépendante à titre complémentaire.

Sa rémunération journalière varie de 150 à 300 euros et sa rémunération de conseillère communale est de 1.275 euros nets. Inconnue, sauf peut-être dans son coin. Pas d’infos sur ses autres mandats rémunérés. Désolé, madame Monville, mais c’est de l’enfumage. Produisez votre déclaration de revenus annuels et ce sera (plus) clair. Ici, vous vous faites de la publicité pendant 30 jours. Après, plus rien.
Et si on parlait de la valeur ajoutée de ces réunions politiques …A-t-elle jamais dénoncé dans la presse le système qui la nourrit fort bien? Combien de fois a-t-elle poussé sur le bouton de vote en respectant la ligne du parti sans se poser de questions? Ce n’est pas ce genre de politicien(ne) que désire le citoyen.

Cela a un nom : démagogie … » La démagogie (du grec demos « le peuple » et ago : « conduire ») est une notion politique et rhétorique désignant l’état politique dans lequel les dirigeants mènent le peuple en le manipulant pour s’attirer ses faveurs, notamment en utilisant un discours flatteur ou appelant aux passions.

C.T.

Commentaires