Print Friendly, PDF & Email

Les habitants de Haren (Bruxelles) sont mobilisés comme jamais contre le projet d’une méga-mosquée dans leur commune. La vidéo ci-dessous le démontre à suffisance. Elle éclaire aussi le rôle très trouble du bourgmestre Close, de son échevin de la Régie foncière et d’un certain Laurent Moulin, censé défendre les intérêts des Harenois, mais les trahissant allègrement.

Une réunion a été organisée par le collectif Haren Citoyens, bien décidé d’apprendre enfin la vérité sur le projet de la méga-mosquée. L’assemblée se transforma en carrousel aux mensonges, de la part du promoteur de la mosquée, Hassan Bouit, et d’un représentant du mouvement Change Brussels, Laurent Moulin, pressenti pour devenir échevin de l’Urbanisme dans trois ans.

Avec une seule élue, An Persoons, Change Brussels fait néanmoins partie de la majorité à Bruxelles et a même reçu un échevinat – ce qui explique beaucoup de choses.

Le Peuple fut le premier à révéler l’existence de ce projet et la complicité active du bourgmestre Philippe Close (PS) et de l’échevin de la Régie foncière, Mohamed Ouarighli (PS).

Cette révélation avait déclenché une foire aux mensonges très significative des méthodes mafieuses pratiquées par le PS bruxellois. Ainsi, le 17 septembre, Close affirmait que « ce projet n’existe pas , étant donné qu’aucune demande de permis n’a été introduite« . Suite à l’article du Peuple, il devait donner confirmation de l’existence du projet, devant le conseil communal du 24 septembre.

Et pour cause : notre photo montrait Close et Ouriaghli au cours d’une réunion secrète (9 septembre), pendant laquelle avaient été exhibés des plans et une maquette de la méga-mosquée. Précision : la réunion se tenait au domicile du promoteur du projet, Hassan Bouit.

Très embêté par l’article et les photos, Close et Ouriaghli avaient justifié leur présence par un « désir d’information« , laissant entendre qu’ils découvraient l’existence du projet à ce moment-là.

PS, Ecolo et Change Brussels mentent aux Bruxellois

Mensonge, encore une fois. Le 15 juin 2017, la Régie foncière (dirigée par Ouriaghli) déposait un document permettant la vente d’une partie du terrain du parc du Beerendragcht (appartenant à la Régie), afin de pouvoir y construire  un « équipement d’intérêt collectif », telle une mosquée déguisée en « centre culturel », par exemple.

Le collège bruxellois avait adopté ce document, le 15 juin 2017, en présence de Pjilippe Close et de Mohamed Ouriaghli !

En septembre 2018, la RTBF laissait Close mentir éhontément dans une reportage où il affirmait avoir pris connaissance du projet de méga-mosquée, ce 9 septembre 2018…

Déni de démocratie

Haren Citoyens, représentant les habitants de la commune, s’inquiète du fait que cette méga-mosquée devrait accueillir 1.200 fidèles dans un quartier résidentiel.

Ce bétonnage d’un espace vert s’ajoute à celui de la méga-prison, qui sera construite, elle aussi, à Haren. Jusqu’à présent, Ecolo ne s’est pas indigné de la disparition de ces kilomètres carrés d’espace vert.

La réunion secrète (9 septembre) se résumait donc à un truc électoral, destiné à recruter des électeurs musulmans en faveur de la liste PS. Depuis, Close se montre nettement moins enthousiaste en faveur de la méga-mosquée.

Au cours de la réunion d’information, citée plus haut, les habitants de Haren, ébahis, ont assisté à un déploiement de méthodes marieuses et authentiquement antidémocratiques.

Ainsi, à la 50ème minute, on voit Laurent Moulin tenter d’empêcher un Harenois de faire des révélations sur le projet mafieux du trio Close-Ouriaghli-Bouit. Ce dernier se conduit, peu après, comme un véritable gangster (1h07), empêchant la caméra de le filmer.

Etrange attitude de Laurent Moulin, proclamant sur sa page Facebook vouloir favoriser « l’implication de chacun à tous les niveau (sic) sur les pas de Barcelone et d’autres citoyen (re-sic) qui se réapproprie leur vie et leur ville » – il a oublié d’ajouter « seulement s’ils sont de notre avis ».

Preuve est donc faite que la majorité PS-Ecolo-Change Brussels entend bien poursuivre la politique anti-citoyenne des années passées. Les politiciens s’arrangent avec les promoteurs sur le dos et aux frais des citoyens, qui ne sont pas consultés. Tout est entrepris pour les manipuler. Les bonnes vieilles méthodes, quoi… 

F.M.

 

 

 

 

 

 

Commentaires