Print Friendly, PDF & Email

C’est un défenseur du pacte qui a vendu la mèche, en quelque sorte.

Lundi soir, au JT de la RTBF, Christian Behrendt, constitutionnaliste de l’université de Liège,  rappelé quelle gouvernement « a fait campagne pour obtenir un siège au Conseil de Sécurité de l’Onu« .

Qu’ promis le gouvernement, en les personnes de Charles Michel (MR) et Didier Reynders (MR), pour obtenir ce siège au Conseil de Sécurité de l’ONU ?

Il se pourrait bien que l’adoption du « pacte de Marrakech » fasse partie de promesses données aux 57 pays musulmans de l’Organisation de Coopération Islamique (OCI) qui font, aujourd’hui, la pluie et le beau temps à l’ONU.

Quand M. Behrendt rappelle que « nous » (les politiciens belges, pas les citoyens) avons « fait campagne pour obtenir un siège au Conseil de Sécurité de l’ONU, avec pour thème la défense des droits de l’homme« , il reprend une version officielle.

Une trahison des citoyens pour satisfaire des ambitions personnelles ? 

Pour obtenir le soutien des pays de l’OCI, la défense des droits de l’homme ne pèse pas lourd. Dans l’OCI siègent des pays comme l’Afghanistan, l’Arabie saoudite, l’Iran, le Koweit, la Libye, le Pakistan et le Soudan, entre autres – tous pays qui ne sont pas connus pour leur respect farouche des droits de l’homme.

Avant le « pacte de Marrakech », il y aurait donc eu un pacte secret entre nos politiciens dirigeant le pays et les pays arabes – ce qui explique l’acharnement de Charles Michel et de l’establishment politicien à nous imposer le « pacte de l’ONU sur la migration » contre vents et marées.

Le siège de la Belgique au Conseil de Sécurité est l’occasion de placer des copains dans un poste excellemment rémunéré. Rien de plus. Ce ne sera pas la Belgique qui infléchira l’Histoire du XXIème siècle…

C’est bien pourquoi il est permis de se poser la question : Michel et Reynders n’ont-ils pas acheté le siège au Conseil de Sécurité au prix de l’adoption du pacte de Marrakech, c’est-à-dire, au prix de la trahison du peuple belge ?

L’intérêt des citoyens belges aurait-il été sacrifié au profit des ambitions personnelles de politiciens belges sans scrupules ?  

A.D.

Commentaires