Print Friendly, PDF & Email

A l’approche des vacances et face à la nullité politique actuelle, Le Peuple vous propose quelques articles concernant votre environnement et votre santé. Les sujets traités étaient tous au programme du défunt Parti Populaire, le seul à afficher ces questions depuis belle lurette et bien avant la duperie appelée « marche pour le climat ».

« Autant savoir » titrait une émission de la RTBF, au temps où y officiaient de vrais journalistes et non, comme aujourd’hui, des propagandistes encartés.

Autant savoir la vérité sur le miel. Le programme ci-dessous vous en dit long sur cette denrée. La protection et même la survivance des abeilles dominent la liste des grands enjeux écologiques de notre époque.

Pesticides et glyphosate ne mènent pas seuls l’armée des ennemis des abeilles, tellement importantes pour le maintien de la vie sur terre. La secte gauchofasciste, appelée Ecolo, ne l’a curieusement pas compris, puisque ses représentants au parlement européen ont voté contre l’interdiction de ces substances mortelles dans l’agriculture.

Mais foin de considérations politiques – Ecolo ne vaut pas une polémique.

Les capitaines des ennemis des abeilles et du miel restent certains hommes et leur esprit du lucre.


Faites l’expérience. Allez dans une grande surface et examinez les inscriptions sur les pots de miel. Certains récipients annoncent « Miel de fleurs », comme dans notre exemple « Meli », producteur belge. A première vie, cela paraît aussi incongru que si, sur une bouteille d’eau, était précisé « Eau humide ».

Cependant, la mention « miel de fleurs » vaut son pesant d’or. Car il existe des miels qui n’ont jamais connu de fleurs, pas plus que d’abeilles !

Des mixtures mises en vente se composent d’un mélange de sucres, de colorants, d’additifs divers (dont certains pourraient être cancérigènes) et autres émulsifiants et produits chimiques.

Pour les diabétiques, ces « miels » (venus pour la plupart de Chine) présentent un danger énorme : ils contiennent plus de sucres qu’un morceau de sucre, un bonbon ou une pâtisserie.

Notre conseil 

Peut-être n’avez-vous pad de jardin ou d’espace où cultiver des fleurs, amies des abeilles. Une solution : faites confiance aux apiculteurs locaux. Ils opèrent jusqu’au coeur des villes et il y en a certainement l’un ou l’autre près de chez vous. En procédant de cette manière, vous posez un vrai geste en faveur de la nature – et pas au travers de bavardages bobos ou de marches « pour le climat ». A votre échelle, vous devenez un vrai défenseur de la nature, des abeilles, du miel et… de votre santé et celle de vos proches.

 

A.W.

Commentaires