Print Friendly, PDF & Email

Le frère du terroriste Salah Abdeslam vient d’être arrêté (il faudrait ajouter : encore une fois), soupçonné d’avoir volé 70.000 euros des finances communales de Molenbeek-Saint-Jean. La presse subsidiée s’est bien gardée de rappeler qu’à l’occasion de la capture de son frère, Salah Abdeslam, elle s’était précipitée chez Mohamed, recueillant ses propos comme paroles d’évangile. On était en pleine période de « pas d’amalgame » et montrer qu’un terroriste pouvait avoir un frère « correct » devenait du pain béni. Mohamed était le symbole du Padamalgam. La vérité était toute autre !

C’est qu’on en apprit de belles sur ce jeune homme « exemplaire ». Il avait eu des problèmes avec la justice, car ambulancier, il s’était fait une spécialité de détrousser les malades et les cadavres.

Cela n’avait pas empêché Philippe Moureaux de l’engager dans le personnel communal et de lui attribuer une place où il avait accès aux données des habitants de la commune !

Il n’était pas le seul jeune homme « comme il faut » à être imposé par Moureaux dans les services de la commune. Aujourd’hui, la police ose dire que pour réaliser son hold up de 70.000 euros, Mohamed Abdeslam a dû profiter de complicités au sein de ces services communaux. Cela fait des années que Le Peuple dénonce cette situation – ce qui lui vaut des insultes gauchistes, du genre « islamophobie », « xénophobie », « racisme » et autres épithètes malsonnant.

Moureaux a engagé un vrai truand. Et il le savait.

Responsable de l’islamisation de la commune, Moureaux a placé des individus plus que suspects à différents niveaux de pouvoir. Qu’il suffise de rappeler iles noms de Jamal Ikazban, antisémite notoire, défenseur de terroriste (il agita le monde médiatique pour faire revenir un combattant de Daesh, qui organisa des attentats en Belgique et en France

par la suite !), Farida Tahar, la conseillère communale PS voilée, proche des Frères musulmans. On rappellera à ce propos que Moureaux invitait en grande pompe Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères musulmans et actuellement en prison pour viols. Mais Moureaux le présentait comme un « grand penseur »…

Il n’est donc pas étonnant que Mohamed Abdeslam ait profité de complicités au sein de la commune. Même si’l a été renvoyé de son emploi plus que fictif, il a eu tout le temps de se créer un réseau « d’amis », disposant pour la plupart de la double nationalité. UN réseau très efficace et mobilisable à tout moment.

Molenbeek détient ainsi le triste record de réseaux parallèles, agissant dans l’ombre. Un « frère » ou une « soeur » ont-ils des ennuis avec la police ? Aussitôt, des appels à l’argent sont lancés et les sommes recueillies, parfois considérables, servent à payer les avocats. Ils permettent à de jeunes têtes brûlées de partir pour l’Irak, la Syrie (qui ne sont plus très à la mode) ou en Libye (où le « tourisme » belge se porte au mieux). Ces réseaux financent aussi les « returnees » vivant dans la clandestinité.

En ce moment, les récoltes de fonds servent à payer les avocats du terroriste Salah Abdeslam et ceux de… Tariq Ramadan, millionnaire en euros qui n’a nul besoin de soutien financier. Cet argent disparaîtra sans doute, mais la solidarité musulmane aura fonctionné à fond, et envers et contre tout.

Le réseau Abdeslam agit dans l’ombre. Il est efficace et mobilisable à tout moment.

L’influence de ces réseaux déteint sur les écoliers. Le Peuple a décrit, par ailleurs, combien les cours de récréation étaient infestées par des célébrations de terroristes, dont le frère Abdeslam.

En réalité, nous récoltons aujourd’hui ce que Philippe Moureaux a semé : la discorde dans la population molenbeekoise, la préférence accordée à des truands. Certaines composantes de la population ont d’évidence déclarer la guerre à tout ce qui n’est pas musulman intégriste. Dans les guerres, il y a toujours eu des collaborateurs. Philippe Moureaux et sa mafia socialiste de Molkenbeek en sont des exemples révoltants.

Dans ce micmac malodorant, la presse subsidiée joue un rôle tout aussi puant. Non seulement, elle continue à tendre son micro à Moureaux, comme s’il était le plus grand homme d’Etat connu en Belgique, mais elle a relayé tous ces mensonges, toutes ses combines, tentant d’en atténuer la gravité. N’oublions pas que cette même presse présentait Mohamed Abdeslam, détrousseur de cadavres,profiteur du système Moureaux et, sans doute, casseur comme un exemple d’intégration ! 

A.D.

Commentaires