Print Friendly, PDF & Email

Il y a décidément 2 catégories de citoyens en Belgique : les honnêtes, que l’on n’entend jamais, et les malfrats, qui ont droit à toutes les attentions des politiciens et des médias, ainsi qu’à la mansuétude des magistrats.

Pour preuve, le parcours de Mohamed Abdeslam, frère du terroriste.

Il fut détrousseur de cadavres, alors qu’il était ambulancier. Pour sa punition, il fut engagé par Philippe Moureaux comme super-employé communal à Molenbeek. Un citoyen honnête, qui voudrait devenir jardinier dans cette commune doit fournir un casier judiciaire vierge et faire preuve de sa connaissance des deux langues nationales…

Grâce à Moureaux, Abdeslam a eu accès à des informations confidentielles sur tous les habitants de Molenbeek. Lorsque Moureaux perdit le maïorat, Mohamed Abdeslam conserva son emploi, une sinécure dont personne ne sait à quoi il servait.

Après les attentats du 22 mars 2016, à Zaventem et Maelbeek, les médias se précipitèrent chez un « musulman modèle » – Mohamed Abdeslam (!), frère du terroriste Abdeslam. Il expliqua ne « savoir de rien » et devint le porte-parole des musulmans « comme il faut ». C’est très normal, un garçon fiable qui ne sait pas ce que trame son frère… qui dort dans la même chambre. En tout cas, c’était la conclusion des médias.

UN TRUAND DE BAS ETAGE A BENEFECIE D’UNE INCROYABLE MANSUéTUDE DES POLITICIENS, DES MEDIAS ET DE LA JUSTICE. LES PARENTS DES VICTIMES D’ATTENTATS AIMERAIENT POUVOIR EN DIRE AUTANT…

On plaignit Mohamed Abdeslam quand il perdit son job à la commune. Et lorsqu’eut lieu le hold up de 70.000 euros d’argent communal, la presse s’offusqua de lire dans Le Peuple que notre homme s’était peut-être servi de renseignements glanés dans les services communaux pour organiser le casse.

La justice s’intéressa à lui mais… le remit en liberté ! Un automobiliste honnête aurait moins de chance que Mohamed !

Et voilà que le « musulman modèle » vient d’avouer avoir préparé le vol des 70.000 euros. Stupeur des magistrats. Incrédulité des médias. Seuls les lecteurs du Peuple et leurs ami(e)s sont restés de glace : ils savaient déjà…

Reste à savoir quelle aurait été la destination de cet argent volé aux citoyens. Avec un frère djihadiste et terroriste dans le circuit, se pourrait-il que le fric aurait servi de mauvaises causes ? La Justice est-elle prête à investiguer dans ce domaine qu’elle a ménagé jusqu’ici? Le feuilleton n’est pas terminé, et il s’annonce plus passionnant que Esprits criminels !

D.K.

 

Commentaires