Print Friendly, PDF & Email

Conseil communal agité à Molenbeek. En vedette : une « interpellation citoyenne » pour faire de Molenbeek une « commune hospitalière ». En réalité, les « citoyens » n’étaient pas tous molenbeekois, mais étaient tous corniques par le conseiller communal PTB.

L’échevine Sarah Turine (Ecolo) se trouvait à la base de cette intervention, mais au moment du vote, elle s’est abstenue ! Dépassée par l’incohérence de l’intervention « citoyenne », la malheureuse s’était aperçue qu’elle était manipulée par Dirk De Block, l’élu PTB.

Le plus insensé est qu’une enquête récente a montré que les membres du PTB sont les plus anti-immigration, tout en ignorant que le PTB est le parti 100 % pro-immigration !

Quand le membre du PARTI POPULAIRE a voulu rappeler quelques principes de base de la vie en société belge, il fut interdit de parole : la majorité MR/CDH/Ecolo, main dans la main avec l’opposition PS/DéFI/Parti Islam/PTB, lui refusa de s’exprimer. Les grands amis d’un soir se réfugièrent, d’un seul « block », derrière des règlements bannissant toute intervention du public.

Il faut savoir que, pour être valable, une « intervention citoyenne » doit être réclamée par au moins 10 personnes. Ces dernières doivent déposer à l’avance le contenu de leur intervention – cette procédure n’est pas propre à Molenbeek, mais à toutes les communes wallonnes et bruxelloises. On est dans la spontanéité la plus totale, semble-t-il…

Conclusion : la véritable intervention citoyenne n’existe pas.

MAIN DANS LA MAIN, LA MAJORITE MR/CDH/ECOLO ET L’OPPOSITION PS/DéFI/PTB/PARTI ISLAM ONT EMPÊCHE LE PARTI POPULAIRE DE S’EXPRIMER. DECIDEMENT, LES MASQUES TOMBENT : ILS SONT TOUS COMPLICES !

Le représentant du PP aurait simplement voulu rappeler que les « migrants », visé par le mouvement « commune hospitalière », sont des illégaux. Il n’est pas question de leur assimiler des migrants en ordre avec la législation belge, mais qui ne trouvent pas de travail en raison de leur manque de qualifications. Et qu’il n’est pas question pour des illégaux (sans papier ad hoc) de faire venir leurs familles, une fois qu’ils seraient inclus dans une « commune hospitalière.

Ce n’est pas faire montre d’un manque d’humanité : toute personne normalement constituée ressent de la compassion pour des êtres en détresse ! Mais il n’est pas question d’instrumentaliser cette compassion en faveur de personnes qui n’ont pas de papiers.

Du reste, on se demande pourquoi ces dernières n’ont pas de papiers. Les ONG et même l’ONU distribuent des brochures et délèguent des bénévoles pour apprendre aux nouveaux arrivés sur le sol européen comment procéder pour rester chez nous.

Et il n’est pas illégitime de se renseigner sur le passé de ces nouveaux arrivants, afin de ne pas accueillir des criminels, des complices de génocidaires. Dans le cas de pays comme le Soudan, on aimerait s’assurer que les « réfugiés » ne sont pas des massacreurs de Chrétiens.

Cela valait la peine de le rappeler à un conseil communal en folie. Le PARTI POPULAIRE voulait le faire. On a choisi de l’en empêcher. Rendez-vous le 14 octobre pour les élections communales…

F.M.

Commentaires