Print Friendly, PDF & Email

Philippe Moureaux voulait faire de Molenbeek un « laboratoire » (d’on ne sait pas trop quoi…). Le monstre est sorti des éprouvettes : ce 14 octobre 2018, la commune-martyre a consacré le principe du racisme anti-Blancs et celui de l’apartheid.

La photo de Catherine Moureaux, célébrant sa victoire au milieu d’une foule exclusivement masculine, a fait le tour des réseaux sociaux. Elle indique plusieurs choses.

1. LE VOTE PRO-FRERES MUSULMANS. Il est évident. En dépit de la mise en garde contre les manigances de Jamal Ikazban et Mohamed Daïf, surpris à faire le signe conquérant de l’organisation terroriste « Frères musulmans » (classés parmi les organisations terroristes, même en Arabie saoudite !), ces deux personnages ont obtenu 2.906 votes de préférence. C’est dire le succès des thèses des Frères au sein de la population musulmane de Molenbeek.

Catherine Moureaux a décidé de les soutenir ; elle a clairement choisi son camp – et ce n’est pas celui des Molenbeekois de souche. Elle s’est effrontément exhibée en compagnie d’Ikazban, allant jusqu’à le placer en deuxième position sur sa liste – ce qui lui assurera un échevinat.

Cette préférence exprimée pour les terroristes Frères musulmans, augure des jours tragiques pour les derniers Juifs de la commune – la plupart en ayant été chassés par Philippe Moureaux. En effet, Ikazban n’a pas hésité à se servir d’une caricature antisémite pour promouvoir une énième action pro-palestinienne. L’affaire remonte à mars 2013 et il faut souligner que la « conférence » (finalement annulée) était soutenue par le PS de Molenbeek et par le PAC, le volet « culturel » du PS. (photo ci-dessous).

2. LES MUSULMANS « MODERES » ONT DISPARU. Ne nous a-t-on pas inondés de couplets et de refrains sur « l’immense majorité des musulmans modérés » ! En tout cas, à Molenbeek, ils ont disparu de la circulation.

Ce n’est pas sombrer dans une islamophobie primaire que de dire que chaque révélation, chaque critique contre les individus suspects, tels Ikazban et Daïf, a gonflé leur popularité dans la population musulmane de Molenbeek. On comprend pourquoi Catherine Moureaux veut « aménager » (c’est-à-dire rendre inaffectif) le Plan Canal, destiné à débusquer les radicalisés.

Les terroristes en herbe, les vrais terroristes (tel Abdeslam, habitant Molenbeek, face à la Maison communale et caché par des musulmans « modérés » – photo ci-dessus), faux « repentis », les returnees de Syrie et d’Irak ont de beaux jours devant eux. Tel Oussama Atar, dont Ikazban (et d’autres) exigeait le retour en Belgique (2010)… qui permit au « repenti » d’organiser en toute quiétude les attentats de Paris (2015) et de Bruxelles (2016). Les « infidèles » n’ont qu’à bien se tenir…

3. UN CONSEIL COMMUNAL EN EPURATION ETHNIQUE. Nous publions c-dessous la liste des élus PS et leurs voix de préférence. Sur les 17 sièges dévolus au PS, 13 reviennent à des personnes d’origine maghrébine. A part Catherine Moureaux, on dénombre Jef Van Damme (socialiste flamand), Tania Dekens et Paulette Piquard (ex-future-belle-maman de Catherine Moureaux). C’est tout naturellement parmi ces gagnants aux voix de préférence que seront choisis les prochain(e)s échevin(e)s.

La commune sera donc dirigée par une majorité ethnocentrée, ne représentant qu’une moitié de la commune : le quartier « historique », le bas-Molenbeek, opposé aux quartiers plus récents, qualifiés de « haut Molenbeek ». Les habitants de ces derniers ne seront pas représentés au conseil communal et au niveau des échevins.

4. L’APARTHEID EST EFFECTIF A MOLENBEEK. En composant sa liste PS, Catherine Moureaux se trouve à l’origine d’un apartheid destiné à faire de la population blanche une minorité, voire une sous-catégorie de citoyens.

Les candidats de la liste PS n’ont pas été choisis d’après leurs compétences ou leur connaissance exhaustive des réalités de la commune, mais bien pour leur appartenance à une seule ethnie. Avec les conséquences que l’on connaît en Afrique du Sud, où l’apartheid frappe désormais les Blancs (photo ci-dessous).

Qu’on en juge. Dans un prospectus électoral du PS, Ikazban est mentionné comme « travailleur social »,

Amet Gjanaj : « spécialiste en création d’entreprise »,

Mohamed Daïf : « sénateur, échevin et député honoraires »,

Jamel Azaoum : « conseiller syndical FGTB »,

Saliha Raïss : « politologue »,

Yassine Akki : « ancien éducateur »,

Jef Van Damme : « conseiller communal »,

Houria Ouberri : « directrice d’école des devoirs »,

Rachid Mahdaoui : « conducteur de tram »,

Khalil Boufraquech : « auditeur financier »,

Leila Agic : « présidente des Jeunesses socialistes »,

Aicha Saoudi : « coiffeuse »,

Tania Dekens : « fonctionnaire à Famifed »,

Hicham Chakir : « fonctionnaire »,

Paulette Piquard : « échevin honoraire ».

Que de compétences pour diriger une commune de près de 100.000 habitants ! Mais surtout quelle belle unité ethnique…

Le conseil communal, côté PS, ne représentera donc aucunement la diversité de la commune : pas de Belges de souche, pas de Belges d’origines italienne, espagnole, grecque, asiatique, polonaise, française ou, plus généralement, européenne.

5. CONSEQUENCES DESASTREUSES. Entendu dans un café du haut-Molenbeek : « Nous, les Blancs, nous avons travaillé toute notre vie, nous payons les impôts les plus lourds et à quoi ça sert ? A entretenir les glandouilleurs qui votent pour la Moureaux« . Opinion excessive, sans doute, mais qui traduit bien l’exaspération des Molenbeekois de souche.

Les conséquences ? « Je quitte Molenbeek. Je vais m’installer à la mer. Je ne veux plus payer d’impôts à Molenbeek« . Et encore : « Je vends ma maison tant qu’il en est encore temps. Avec cette invasion musulmane, les prix de l’immobilier vont s’effondrer« . Variation sur le même thème : « Heureusement, mes enfants ont acheté une maison en Brabant flamand. Là-bas, les voilées et les barbus ont intérêt à se tenir à carreau« .

Et, bien entendu, au plan international, un conseil communal et un collège échevinal à très forte majorité musulmane fera plonger à nouveau la réputation de la commune.

En d’autres termes, Molenbeek se sud-africanise.

D.K.

Commentaires