Print Friendly, PDF & Email

Les trains ont la réputation d’arriver en retard. A Mons, ce sont les gares.

Pour les élections communales d’octobre 2018, c’est râpé. Et ce le sera aussi pour les élections fédéraleo-régionalo-provincialo-européennes de mai 2019. A croire qu’un esprit malin a renversé le jeu de quilles.

A ce jour, les prévisions de l’onction de la nouvelle gare Calatrava se situent à la fin de 2019. Avec l’architecte star, on peut s’attendre à un report en 2020. Si Di Rupo est encore de la partie, il assistera à l’inauguration en chaise roulante…

D’ici là, le budget de ce drôle de bazar aura asséché les caisses de la ville du Doudou – après le gouffre financier de Mons 2016, capitale artistique européenne, il faudra des siècles pour redresser les finances de Mons.

Calatrava traîne derrière lui une réputation de gaspilleur d’argent public : aucun de ses projets n’est resté dans les normes budgétaires prévue. Il va jusqu’à 6 fois les sommes annoncées avant le début des travaux.

A New York, à l’occasion du renouvellement d’une station de métro, il avait oublié de prévoir des issues de secours. Autant dire que le new-yorkais Donald Trump ne manquera pas d’ajouter à la liste des indésirables (iraniens, cubains, etc) une mention spéciale pour Calatrava !

Commentaires