Print Friendly, PDF & Email

La « confiance ébranlée de la population » comme le dit le ministre Marcourt sur les antennes de la RTBF ce samedi midi, va l’être plus encore si le public comprend la puanteur qui se dégage du dossier ci-dessous et de la dimension des tripotages « à caractère mafieux » de Stéphane Moreau et de ses copains du PS, avec le soutien de quelques idiots utiles du monde des entreprises, comme Philippe Delaunois et de franches crapules corruptrices et corrompues au Congo-Kinshasa (nous refusons d’écrire « république démocratique du Congo »). Il s’agit du dossier de la SA Électricité du bassin de Ivugha (EBI).

NethysEn synthèse, Stéphane Moreau s’intéresse au Congo, au Nord-Kivu et crée une société pour y construire un barrage. La société s’appelle EBI. Elle est menée par des actionnaires privés (Moreau et Meyers, administrateurs de NETHYS, et Beyens, bras droit de Moreau dans NETHYS). Les trois compères s’accrochent à un wagon public (la société ECETIO – une des filiales douteuse de PUBLIFIN) pour se lancer dans la construction d’une centrale hydro-électrique au Nord-Kivu (RDC).

Stéphae Moreau au Congo, vu par Sud-Presse
Stéphane Moreau au Congo, vu par Sud-Presse

Le capital de départ est de 800.000 euros (25% détenus par Moreau et 25% par ELICIO) auxquels vient s’ajouter un emprunt de 1.000.000 euros dont 250.000 à charge du contribuable. Le risque industriel et financier sera supporté par ELICIO (en cas de faillite, c’est NETHYS qui en supportera aussi les conséquences et il est possible que la Région wallonne soit alors appelée au secours – Cfr SONACA). C’est scandaleux. Stéphane Moreau est en pleine confusion entre ses intérêts privés et les intérêts publics. Il profite des avantages suivants :

– Le business plan de l’opération a plus que probablement été réalisé et financé par ELICIO/NETHYS.

– Stéphane Moreau, en tant qu’administrateur de NETHYS, laquelle détient 99% du capital d’ELICIO, a profité d’informations de première main pour entrer au capital de la SA EBI. C’est un délit d’initié, car il profite de sa position d’administrateur de NETHYS pour minimiser son risque financier personnel. Sans la couverture ELICIO, Moreau et ses amis Beyens et Meyers, n’auraient pas pu créer cette SA EBI ni créer le « réseau d’influence » (lisez pour l’Afrique, de corruption – Ndlr) dans la province du Nord-Kivu.

– La réalisation du projet (études, contrats, suivi des travaux) sera effectuée par ELICIO qui déléguera à des entreprises privées qui ne seront pas dans le champ de contrôle de la Région wallonne. C’est la porte grande ouverte aux dessous de table et à la corruption impossible à prouver…Prudent, Moreau n’est qu’actionnaire et pas administrateur d’EBI…

Le montage de la SA EBI montre une nouvelle fois la confusion entre intérêts privés (ici ceux de Moreau et de ses comparses) et intérêts publics. Il repose la question : « qu’est-ce qu’une intercommunale liégeoise va faire au Nord-Kivu ? ». Tout ce qui concerne le Congo-Kinshasa de près ou de loin est perclus d’une corruption épouvantable.

ELICIO a investi dans des éoliennes en mer du Nord, un investissement juteux grâce à la subsidiation et aux certificats verts, mais cette société n'y connait rien en hydro-électrique.
ELICIO a investi dans des éoliennes en mer du Nord, un investissement juteux grâce à la subsidiation et aux certificats verts, mais cette société n’y connait rien en hydro-électrique.

La société ELICIO (créée pour reprendre les activités éoliennes d’ELECTRAWINDS, la société faillie du socialiste Johan Vande Lanotte, dont coût 91 millions d’euros supportés par le contribuable) n’a aucune expertise dans la construction de centrales hydro-électriques. C’est plus que douteux. L’aventure est à très haut risque quand on connaît l’instabilité politique au Congo-Kinshasa et plus particulièrement dans la province du Nord-Kivu. Sans compter la corruption endémique totale qui règne dans le pays.

Stéphane Moreau doit faire l'objet d'une enquête judiciaire et démis de toutes ses fonctions. L'affaire congolaise, c'est la goutte de trop.
Stéphane Moreau doit faire l’objet d’une enquête judiciaire et être démis de toutes ses fonctions. L’affaire congolaise, c’est la goutte de trop.

Il est impensable que les administrateurs politiques de NETHYS et PUBLIFIN n’aient pas été au courant de la création de la SA EBI. Les conseils d’administration de NETHYS, PUBLIFIN et ELICIO ont dû marquer leur accord et avaliser l’emprunt d’un million d’euros.

Personne ne s’est opposé à ce qui est, une nouvelle fois, une confusion entre intérêts privés et publics. Le perdant : le contribuable, les communes parties prenantes dans NETHYS. Le premier car sa facture d’énergie servira à amortir la création du capital social d’EBI et le remboursement du prêt supporté par ELICIO et à éponger les pertes éventuelles de cette nouvelle activité congolaise de NETHYS. Les seconds qui voient s’envoler partie de leurs dividendes au profit de cette aventure mégalomane de Moreau and Co.

Conclusion politique: au karcher! Tous les administrateurs des structures faîtières doivent être remplacés et ces aventures doivent être immédiatement arrêtées. Stéphane Moreau et ses comparses doivent faire l’objet d’une enquête de la Justice, d’urgence.

P.H. et L.R.

Sources :

http://www.sudinfo.be/1773449/article/2017-01-27/une-sous-filiale-de-publifin-melange-argent-public-et-prive-moreau-et-nethys-inv

http://www.lalibre.be/actu/politique-belge/nethys-et-stephane-moreau-sont-parties-prenantes-dans-une-societe-au-nord-kivu-588c3c5dcd70e747fb5e1458

Le capital de la «SA Électricité du bassin de Ivugha» est réparti en quatre parts égales détenues par Elicio, donc par Nethys dont l’administrateur-délégué est Stéphane Moreau, par le même Stéphane Moreau en tant que personne privée cette fois, par Marc Beyens, bras droit du même Stéphane Moreau, en enfin par la «Société civile familiale M3», fondée par Pierre Meyers et ses deux fils, le chef de famille étant également administrateur chez Nethys.

http://www.companyweb.be/societe/ELECTRICITE%20DU%20BASSIN%20DE%20IVUGHA/SA/661645017

http://www.lecho.be/actualite/archive/Quatre_investisseurs_belges_construisent_une_centrale_hydroelectrique_au_Nord_Kivu.9817344-1802.art?ckc=1&ts=1485597157

http://www.elicio.be/fr/geschiedenis.html

http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/electrawinds-coute-91-millions-d-euros-au-contribuable-533a4050357054c43416e427

http://www.lesoir.be/373030/article/actualite/belgique/politiclub/2013-12-03/electrawinds-vande-lanotte-envisage-d-aller-devant-justice

Commentaires