Print Friendly

C’est le message très clair du ministricule de l’Immobilité à Bruxelles : Pascal Smet.  Ce socialiste flamand, roi de la pédale douce, est élu par une toute petite coterie d’écolo-bobos dans la capitale (les élus flamands, minorité « protégée », sont élus avec beaucoup moins de voix que les francophones), et se montre le plus rabique des élus anti-voitures. C’est ce très mal nommé ministre de la Mobilité qui nous empêche de vivre et de venir travailler à Bruxelles, en réduisant les largeurs des voiries, souvent à une seule bande, limitant les places de parkings, étouffant les accès et les sorties de la ville, réduisant le plus possible la vitesse à 30 ou 50 km/h.

Pascal Smet (SPA): la haine des automobilistes! Ne venez plus travailler à Bruxelles. Si vous habitez Bruxelles, faites une croix sur votre voiture

Ce sinistre sire utilise les problèmes de stabilité découverts sur le viaduc Herrmann-Debroux pour tenter d’obtenir que son idée géniale de supprimer le viaduc soit prise en compte. Après une semaine de fermeture, le viaduc Herrmann-Debroux a rouvert jeudi dernier.

L’idée du gouvernement bruxellois de Rudi Vervoort, c’est de constater qu’au fond, les navetteurs qui arrivent à Bruxelles par l’autoroute A411 commencent ainsi à se faire à l’idée que le viaduc, c’est fini, et qu’ils vont pouvoir rajouter 45 minutes le matin et 45 le soir à leur temps perdu dans les embouteillages. Idem pour la E40 où le même gouvernement veut supprimer deux bandes de chaque côté à l’entrée Reyers, après avoir supprimé le viaduc Reyers.

L’entrée des malheureux navetteurs qui arrivent au viaduc Herrmann-Debroux va devenir un enfer si le gouvernement bruxellois continue sa politique anti-automobilistes.

Ces gens parlent de « rendre la ville à ses habitants », comme si les Bruxellois eux-mêmes n’avaient pas de voiture, comme si personne ne venait travailler en ville. Et Pascal Smet le dit haut et fort : « Je dérange et je sais pourquoi: j’opère un changement de paradigme à Bruxelles, je veux que ce ne soit plus une ville pour des voitures, mais pour les gens. Une partie du MR y est allergique. Ils veulent continuer à rouler avec leur bagnole de luxe à n’importe quelle vitesse. Je suis leur ennemi ».

Ne croyez pas pour autant que le MR ne soit pas lui aussi pollué par les idées idiotes de suppression de l’automobile en ville. Vous pouvez les mettre dans le même sac. A Bruxelles, mais aussi à Liège ou à Charleroi, on prend exemple sur les sottises socialistes à Paris où la maire Hidalgo (PS) a transformé la voie express des quais de Seine en piste cyclable. Résultat, une énorme pollution dans tout Paris puisque les voitures n’avancent plus et occupent toutes les rues.

Même chose à Bruxelles où les sorties de la ville ont été étranglées, comme rue de Stalle ou à Boitsfort, chaussée de la Hulpe, ou encore en projet, au boulevard Hermann- Debroux. On met une heure de plus à sortir de la ville, en polluant énormément. Cette pollution voulue par le gouvernement bruxellois (pour dégoûter les navetteurs de venir en voiture) est un vrai danger pour les enfants et les personnes âgées de Bruxelles, mais les édiles bruxellois ont une idée fixe: mort aux automobilistes !

Rudy Vervoort, le ministre-président vient de confirmer ce jeudi qu’il est sur la même ligne que Pascal Smet: le viaduc Herrmann Debroux est condamné (sauf si vous cesser de voter pour les partis Ecolo, PS, MR et Défi…)!

Le résultat sera que de plus en plus d’entreprises de toutes tailles, décideront de QUITTER Bruxelles, pour ne pas imposer des heures de file à leur personnel. Le zonings de Louvain la Neuve, de Wavre, de Leuven, d’Alost ou de Braine-le-Comte vont se remplir des entreprises qui auront quitté Bruxelles, accélérant encore l’appauvrissement de la capitale, dont les partis traditionnels sont les SEULS responsables: haine des navetteurs automobilistes, immigration incontrôlée, saleté et tags partout, insécurité grandissante, amendes pour la moindre incartade, piétonnier du centre ridicule, fiscalité communale abusive, etc…

Si l’on fait pourtant un peu de prospective, on se rend compte que dans 15 à 20 ans, les voitures seront quasi toutes électriques et ne pollueront plus du tout. Elles seront aussi silencieuses. Tous les constructeurs automobiles s’y sont mis. Du coup, l’entrée des voitures en ville ne présentera plus la moindre nuisance pour la santé.

La solution de parkings de dissuasion, tels que le parking bricolé par le ministre wallon de la Mobilité François Bellot (MR) à la gare de Louvain-la-Neuve, la veille de la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux, est bien sympathique, tout comme le fait de favoriser les voitures où ont pris place 4 personnes en leur permettant de rouler sur la bande des pneus crevés, mais cela doit venir en sus et ne pas justifier la fermeture de nos villes aux automobiles. Marre de la dictature écologiste qui a pour but principal de tuer l’activité économique. Les commerçants de Bruxelles-ville le savent, eux qui ont perdu une grosse partie de leur clientèle avec le piétonnier géant, devenu le rendez-vous des « jeunes » issus de l’immigration et des clochards, dans la crasse et les cannettes abandonnées partout. L’écologie politique est une maladie…

Le Parti Populaire est partisan d’une mobilité équilibrée, gardant la circulation en ville la plus fluide possible, en rétablissant des voiries et des entrées-sorties de ville larges et faciles, tout en développant l’offre de transport public, mais sans considérer les automobilistes-navetteurs comme des pariahs à punir.

L.R.

Commentaires