Print Friendly, PDF & Email

Il y a eu les discours officiels. Le bal des faux-culs : tous ceux qui l’ont détesté, traîné dans la boue et qui lui trouvent aujourd’hui quelques rares qualités. 

Nous vous épargnerons les commentaires des internautes sur les réseaux sociaux, qui relèvent de l’insulte la plus détestable. Il est regrettable que les seules éloges qu’ait trouvé la DH soit celles d’une racaille (frère de terroriste, détrousseur de cadavre, voleur d’argent de la commune et on vous en passe), Mohamed Abdeslam.

Il n’y avait donc personne d’autre ?

Nous n’aimions pas Philippe Moureaux et il nous le rendait au centuple. Nous lui pardonnerons très difficilement d’avoir transformé Molenbeek en cloaque islamiste. Et l’avoir ruinée, avec sa politique pro-migratoire insensée.

Mais cela ne nous fera pas perdre la dignité devant la mort. Comme il le fait pour tout citoyen, Le Peuple présente ses condoléances à la famille de Philippe Moureaux.

Commentaires