Print Friendly, PDF & Email

Les partis traditionnels, PS et MR en tête, nous avaient pourtant juré, main sur le coeur : « Les immigrés sauveront vos pensions« . Mensonge ! L’Union Européenne le démontre… à l’insu de son plein gré. 

La dernière folie de la commission « Emploi et Sécurité sociale » du parlement européen : un immigré, originaire d’un autre pays de l’Union, pourrait bénéficier de tous les avantages sociaux après seulement un jour de travail en Belgique !


La presse de révérence francophone est étrangement silencieuse à propos de ce nouveau sale coup contre le citoyen. Nous avons dû éplucher la presse de Flandre pour en savoir plus.

Sur le site « Parlement européen Commissions » (où les bobos gauchistes font la loi – voir la vidéo ci-dessus) on en trouve confirmation : le 20 novembre, les planqués du parlement européen ont bien voté une résolution dans le sens exposé plus haut.

Le mensonge « l’immigration sauvera nos pensions »

Si un immigré, venu d’Europe, peut bénéficier de tous les avantages sociaux, après seulement un jour de travail en Belgique – sans avoir cotisé à la Sécurité sociale -, on ne voit pas comment il contribuerait à remplir les caisses déjà mal en point de cette même Sécurité…

Actuellement, la loi belge prévoit qu’un travailleur étranger doit prester trois mois avant de bénéficier des avantages sociaux.

Seul en Wallonie et à Bruxelles, le Parti Populaire s’est immédiatement opposé à l’application d’une telle mesure. Car cette dernière cache un piège beaucoup plus énorme encore.

Les pièges de la CEDH et du pacte de l’Onu sur la migration

N’oublions jamais que la Cour Européenne des droits de l’homme (CEDH) est celle qui a obligé les Etats européens à accueillir les « migrants » massivement en Europe.

Imaginons un migrant marocain ou nigérian, venu en Belgique. Selon le projet du parlement européen, il ne réunit pas les critères pour bénéficier des allocations sociales après un jour de travail – il n’est pas originaire d’un des 28 pays de l’Union.

Mais si le Pacte mondial sur la Migration de l’ONU, que veut à tout prix signer Charles Michel, entre en vigueur, il sera très simple pour un avocat d’aller plaider la cause de cet immigré marocain devant la CEDH et faire étendre les bénéfices de la Sécurité sociale à tous les « travailleurs d’un jour » venus de tous les coins de la Terre…

La fin de notre Sécurité sociale

Vous l’aurez compris : accepter le mauvais coup du parlement européen, c’est signer à deux mains la ruine de notre Sécurité sociale, l’assèchement des caisses de pension, la tromperie de tous les travailleurs qui auront cotisé toute leur vie pour… rien.

Et cela empoisonnera la vie des générations futures.

Quel appel d’air pour tous ces migrants extra-européens, bien décidés à ne pas adopter nos traditions et nos lois, tout en ne contribuant pas au bien-être général.

Les masques tombent. Le but des mondialistes à la George Soros, fort bien représenté au coeur du parlement européen (voir ici la liste des parlementaires belges à la solde du milliardaire, Guy Verhofstadt en tête), devient très clair : il s’agit de casser le monde du travail actuel. Et le remplacer par une organisation, où le travailleur et le citoyen sont réduits à des pions corvéables à merci, sans une juste rétribution. Une nouvelle forme d’esclavage au profit des milliardaires que représente Soros. 

Non aux menteurs du Parlement Européen ! 

D.K.

 

Commentaires