Print Friendly, PDF & Email

Bernard De Vos est délégué général aux droits de l’enfant. Et il se fait un sang d’encre à propos des enfants de djihadistes. Une formule forte : « La sauvegarde de notre sécurité ne peut, en aucun cas, se faire au détriment des droits des enfants« . Et d’ajouter, au cas où nous n’aurions pas bien compris : « La Convention internationale relative aux droits de l’enfant est d’ailleurs explicite à ce sujet: jusqu’à 18 ans, on est un enfant. »

On peut être aussi un djihadiste. Que pense Bernard De Vos des photos montrant des « enfants » égorgeant un infidèle ? Et quel est son avis à propos des adultes qui falsifient leurs papiers pour redevenir par miracle un « enfant » de moins de 18 ans ?

Les déclarations de ce bobo gauchiste est particulièrement insultante à l’égard des victimes d’attentats. En déclarant « La sauvegarde de notre sécurité ne peut, en aucun cas, se faire au détriment des droits des enfants« , il nie les droits des victimes innocentes. Pour Bernard De Vos, il faut aider les enfants biberonnés au terrorisme, car c’est plus important qu’un enfant tué dans un attentat.

Quand va-t-on cessé de subsidier avec notre argent de contribuable ces officines de la sottise, créée pour placer les copains ?

Encore une fois, les partis traditionnels préfèrent les coupables aux victimes.

Le PARTI POPULAIRE veut remettre la victime au centre du système judiciaire et des priorités de ce dernier. Par conséquent, non au retour de ces « enfants », partis souvent de leur plein gré !

Commentaires