Print Friendly, PDF & Email

D’après les partis traditionnels, tout est de leur faute. La faute à qui ? Aux pensionnés, bien évidemment ! Ils ont cotisé toute leur vie professionnelle – et les politiciens ont dilapidé leur argent ? La faute aux pensionnés !

L’ouverture intégrale des frontières aux migrants, réfugiés et autres damnés de la Terre ? La faute aux pensionnés, vous l’aviez compris. A écouter les politiciens et les Grands Penseurs européens, l’épouvantable erreur des pensionnés, c’est de vivre. Quand Jacques Attali, monstre aussi dangereux que les hygiénistes nazis, annonce que l’euthanasie sera un des éléments importants de notre… vie, il pense clairement à ces maudits pensionnés qui ne crèvent pas assez vite.

Eh bien, fini de rigoler ! Les pensionnés, c’est la force vive de la nation. Sans eux, il n’y aurait eu de Sécurité sociale, dont bénéficient les plus jeunes.

Il est faux de faire croire qu’un afflux inconsidéré d’immigrants va « sauver les pensions ». Non seulement, ces nouveaux venus ne disposent pas des formations indispensables à la bonne marche de l’économie belge – ils ne cotiseront donc pas aux caisses de pension – mais ils seront eux-mêmes retraités un jour !

Les partis traditionnels ont volé l’argent des pensionnés !

La solution, c’est de rendre les liards ! Rendre l’argent qui a été détourné et gaspillé par les politiciens. Qu’on se souvienne du Fonds de Vieillissement, destiné, prétendait Johan Vande Lanotte, à garantir le versement des pensions. L’argent qu’on y a englouti a mystérieusement disparu et, tiens, tiens, personne ne sait où il a abouti.

Comme d’habitude, les politiciens sont en retard. Avant l’arrivée du Babyboom à la retraite, les pensionnés étaient minoritaires et formaient un corps électoral méprisé par les partis traditionnels. Aujourd’hui, les pensionnés représentent une force.

Alors que toutes les études gémissent sur le vieillissement de la population, présenté comme une tare, les pensionnés n’auraient pas le droit au chapitre. Selon le PSMRCDHDéFIEcolo, ils doivent se contenter de promesses jamais tenues et on leur demande de se taire.

Fini de jouer avec les pieds des papys et mamys !

Le Parti Populaire soutient les pensionnés depuis longtemps et veille à leurs intérêts. Il est à l’écoute de leurs vies, de leurs inquiétudes, de leurs colères. Les dernières manigances du gouvernement Michel contre les pensions montre combien les partis traditionnels n’ont rien compris aux réalités de ce monde.

Non, les pensionnés ne sont pas des profiteurs : ils reçoivent la juste récompense d’une vie consacrée à bâtir un pays où leurs enfants s’épanouiront. Ne laissons pas les incapables gâcher ce trésor !

D.K.

Commentaires