Print Friendly, PDF & Email

La mafia politicienne interdit à Mischaël Modrikamen de rendre hommages aux deux policières liégeoises, abattues sans pitié par un radicalisé musulman, mais elle encourage à rendre la liberté aux truands.

Dans la nuit du 3 au 4 décembre 2007, la policière de 24 ans, Kitty Van Nieuwenhuysen était tuée par un des trois cambrioleurs qu’elle avait repérés. Il fallu quatre ans pour juger les faits, et c’est en 2011 que Noureddine Cheikhni  » fût condamné à 30 ans de prison.

Les « experts » et les magistrats viennent de lui accorder le bénéfice des congés pénitentiaires – seulement 7 ans après sa condamnation ! Va-t-on encore nous servir la fable du « condamné repenti » ou celle du « condamné en quête de réinsertion » ?

Les parents et proches de la jeune Kitty sont, eux, condamnés à mort avec leur chagrin. Aucun « expert », aucun magistrat ne se soucie d’eux. Mais ils ont bien l’intention, selon certaines sources, de faire profiter Noureddine Cheikhni du régime de détention limitée : libre comme l’air pendant la journée et nourri et logé en prison, la nuit, aux frais du contribuable.

Jusqu’au jour où il faudra expliquer aux proches de ses futures victimes que l’on s’est trompé, mais que le système a fonctionné parfaitement, comme dirait Koen Geens (CD&V), actuel ministre de la Justice…

 

Commentaires