Print Friendly, PDF & Email

David Cameron aura mené rapidement les discussions au sein du parti conservateur, après le succès du Brexit. Boris Johnson, partisan du Brexit ayant renoncé à se porter candidat au poste de Premier ministre, il ne resta très rapidement que deux candidates : Theresa May (photo de tête), la Ministre de l’Intérieur et réputée nouvelle « dame de fer » d’une part et Andrea Leadsom, la secrétaire d’Etat à l’Energie de l’autre. Aujourd’hui Leadsom renonce…

Boris Johnson (au centre) soutenat la ministre de l'Energie, Andrea Leadsom (à droite) comme partisans du Brexit, mais le parti conservateur a fait pression et obligé Leadsom à laisser Theresa May prendre la direction du pays.
Boris Johnson (au centre) soutenait la ministre de l’Energie, Andrea Leadsom (à droite) comme partisans du Brexit, mais le parti conservateur a fait pression et obligé Leadsom à laisser Theresa May prendre la direction du pays, pour éviter de longs déchirements au sein du parti.

Le début de campagne entre les deux dernières candidates en lice avait rapidement tourné à l’aigre, Andrea Leadsom ayant laissé entendre à la télévision qu’une « mère de famille comme elle, était plus compétente pour gérer le pays ». Theresa May n’a pas d’enfants… Depuis Andrea Leadsom s’est excusée, mais il est probable que des pressions ont été exercées au sein du parti Conservateur pour éviter une élection interne qui ne pouvait que diviser le parti.

Coup de théâtre ce lundi, Andrea Leadsom jette l’éponge ! Elle avait fait campagne pour la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, contrairement à Theresa May, qui était opposée au Brexit.

La ministre de l’Intérieur Theresa May prendra donc les rênes du gouvernement britannique mercredi, a annoncé lundi le Premier ministre démissionnaire David Cameron, qui démissionne plus tôt que prévu et se rendra chez l reine mercredi avec sa démission.

Theresa May est appelée « la nouvelle Margaret Thatcher », tant elle est austère et sévère. Elle est aussi ambitieuse. Née à Eastbourne sur la côte face à la France, elle a étudié à Oxford et a travaillé dans la Finance, à la Banque d’Angleterre, avant d’entrer en politique en 1986 déjà. Elle a été secrétaire générale du parti conservateur en 2002. Ce n’est donc pas une novice.

Madame May pose un problème dans ses positions par rapport à l’islam, le Coran et la pratique de la charia. En tant que ministre de l’Intérieur, elle a créé un panel de révision de l’application de la charia au Royaume-Uni. Il est déjà inconcevable que ces lois religieuses primitives soit appliquées dans un pays développé ; la Grande-Bretagne a déjà fait preuve d’une tolérance inacceptable vis-à-vis des tribunaux islamiques qui se sont créés discrètement en parallèle de la justice britannique dans les villes industrielles du Nord.

Mais il y a pire : le panel qui doit diriger cet organe de « réflexion » sur la charia et l’Islam est présidé par un « savant musulman », un académique de l’Islam. Il est aidé de deux imams comme conseillers. Dès cette nomination par Theresa May, 200 groupes, organisations et personnalités ont signé une lettre ouverte, demandant d’urgence à la Ministre de démanteler ce panel qui réaliser l’étude! Sa composition même l’empêchera d’être impartial, le mettra sous la coupe des religieux et signifie un recul significatif des droits de la femme.

http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/sharia-courts-review-branded-a-whitewash-over-appointment-bias-concerns-a7128706.html

http://www.telegraph.co.uk/news/2016/05/26/may-hails-benefits-of-sharia-as-inquiry-set-up-into-misuse-of-is/

Theresa May n’a pas pris la mesure du problème, visiblement. Très ennuyée, elle a prétendu que l’enseignement de la charia est « détourné » et « exploité » pour discriminer les femmes musulmanes. Selon ses déclarations, le texte de la Charia serait acceptable ! Elle a promis une enquête sur l’enquête, mais a rappelé que – selon elle – « beaucoup de britanniques tirent un grand bénéfice de la guidance que leur offre l’enseignement de la charia et des codes de la religion musulmane ». On croit rêver !

Avec de telles déclarations aussi inconséquentes que mal informées, Theresa May peut s’attendre à une opposition ferme, y compris au sein de son parti.

Que des femmes! Angela Eagle conteste la présidence du parti travailliste par Jeremy Corbyn. Si elle l'évince, la prochaine élection sera disputée entre 2 femmes
Que des femmes! Angela Eagle conteste la présidence du parti travailliste par Jeremy Corbyn. Si elle l’évince, la prochaine élection sera disputée entre 2 femmes

Autre problème pour elle : le fait qu’elle ait fait campagne contre le Brexit… Elle dit maintenant « nous allons faire un succès du Brexit », mais les Anglais restent dubitatifs sur sa volonté franche et nette de sortir…

Le Parti travailliste est aussi en pleine révolution interne ; le leadership du gauchiste Jeremy Corbyn est remis en cause et c’est une femme qui dirige la fronde, Angela Eagle ! Aux prochaines élections, on assistera donc probablement à un match entre deux femmes, sous le regard d’une troisième, la Reine !

L.R

 

Commentaires