Print Friendly

Selon une étude publiée cette semaine par l’Association mondiale du nucléaire (WNA), la capacité de production de l’énergie nucléaire à l’échelle mondiale a continué de croître en 2016 passant de 382,2 GW à la fin de 2015 à 391,4 GW aujourd’hui. Une tendance soutenue en grande partie par la croissance de la demande d’électricité en Asie et au Moyen-Orient, deux régions globalement favorables à l’énergie nucléaire, ainsi qu’au rôle grandissante du nucléaire dans les politiques d’atténuation du (possible) réchauffement climatique.

Le recul en Europe ces dernières années, est léger, mais les capacités de production nucléaire ont continué de progresser partout ailleurs dans le monde. En 2016 dix nouveaux réacteurs nucléaires ont vu le jour, dont cinq en Chine (Ningde 4, Hongyanhe 4, Changjiang 2, Fangchenggang 2 et Fuqing 3), un en Corée du Sud (Shin Kori 3), un en Inde (Kudankulam 2), un au Pakistan (Chashma 3), un en Russie (Novovoronezh 6) et un aux États-Unis (Watts Bar 2).

Il faut d'urgence décider des nouvelles centrales nucléaires qui doivent voir le jour en 2022 et 2025!
La croissance du nucléaire n’a jamais cessé. Seule l’Europe a fait des choix inverses au reste du monde…

Au total, le parc nucléaire mondial se composait fin 2016 de 446 réacteurs utilisables pour une puissance de 391,4 GW, contre 439 réacteurs fin de 2015, équivalents à une puissance de 382,2 GW. Trois réacteurs d’une puissance cumulée de 1402 MW ont été officiellement fermés cette année dont le réacteur Ikata 1 au Japon, l’unité de Fort Calhoun aux États-Unis et l’unité 3 de la centrale de Novovoronezh en Russie.

Ce parc de réacteurs a généré plus de 10% de l’électricité à l’échelle planétaire, soit environ un tiers de l’électricité à faible émission de carbone, et devra poursuivre son développement s’il veut contribuer davantage à la lutte contre le supposé changement climatique. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’énergie nucléaire pourrait fournir 25% de l’électricité mondiale d’ici 2050, via la construction de 1000 GW de nouvelles capacités supplémentaires.

Le développement du nucléaire sera principalement tiré par la Chine, la Corée du Sud, et les pays d’Extrême-Orient. La Chine par exemple soutient à ce jour pour une large part l’expansion de la filière nucléaire avec près de 24 réacteurs en construction et l’Extrême-Orient pourrait augmenter sa capacité de production nucléaire de 93,8 GW à 132,2 GW au cours des 15 prochaines années afin de réduire sa dépendance aux hydrocarbures.

Les hydrocarbures ont eux aussi un bel avenir, les réserves découvertes récemment, reportant une fois de plus très loin dans le futur, le moment où ces réserves commenceront à s’épuiser. A côté de ces deux développements, les énergies pseudo-renouvelables ne parviennent à percer qu’en Europe, à coup de subsides colossaux et destructeurs d’emplois. 

C.T.

Commentaires