Print Friendly, PDF & Email

Des personnalités du gouvernement italien envisagent d’opter pour l’ « option nucléaire » en utilisant une directive peu connue de la législation européenne qui permettrait d’émettre 200 000 visas temporaires en faveur de migrants arrivés en Italie, rapporte The Times.

Le Premier ministre italien Paolo Gentiloni a manifesté à plusieurs reprises son indignation en raison de l’absence d’esprit de coopération de la part des autres pays de l’UE, qui laissent l’Italie se débattre seule avec les milliers de migrants qui arrivent sur ses côtes.

Mais selon Mario Giro, le sous-ministre des Affaires étrangères, et le sénateur Luigi Manconi, le gouvernement italien discute actuellement de la possibilité de leur délivrer des visas temporaires qui leur permettraient de quitter l’Italie et de se déplacer dans la zone Schengen.

« Si les migrants continuent d’affluer et que l’Italie décide de leur donner des papiers pour traverser la frontière et quitter l’Italie, ce serait une option nucléaire. Les Italiens n’espèrent plus aucune aide de l’UE et pourraient se dire +Si vous ne voulez pas le voir comme une question qui nous concerne tous, nous, nous le ferons+ », a expliqué Mattia Toaldo, analyste au Conseil européen des affaires étrangères.

La directive 2001/55

La directive en question est la directive 2001/55, qui est entrée en vigueur après la guerre des Balkans et permet d’émettre des visas européens temporaires pour un grand nombre de personnes déplacées.

Les politiciens italiens qui envisagent cette option concèdent qu’elle poserait de grandes difficultés pour l’ensemble des pays membres de la zone Schengen, mais aussi qu’elle risque d’envenimer les relations de l’Italie avec les pays frontaliers que sont la France et l’Autriche. « J’espère que cela forcera la France à relever de front le problème des migrants », a déclaré Manconi.

La France

Les relations entre la France et l’Italie sont déjà très tendues sur la question des migrants. Depuis le mois de septembre, on estime que 13 réfugiés sont morts dans les environs de la ville italienne de Vintimille, qui est frontalière avec la France. Certains d’entre eux se sont électrocutés en tentant de grimper sur des trains pour gagner la France.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré que la plupart des réfugiés qui accostaient sur les rivages italiens étaient des migrants économiques, et qu’il ne leur permettrait pas d’entrer en France. Luigi Di Maio, le député italien du parti Cinq Etoiles bien placé pour devenir le futur Premier ministre d’Italie, l’a vivement critiqué, l’accusant d’avoir forcé à la création “d’un véritable camp de réfugiés” à Vintimille, peuplé avec des migrants expulsés de France. “Si c’était Marine Le Pen qui avait fait ça, toute l’Europe aurait hurlé à la xénophobie”, dit-il.

Italie : des centres Hotspot en échange de quotas de migrants

L’UE a demandé à l’Italie d’ouvrir des « centres hotspot » pour accueillir les migrants qui accostent sur ses rivages. En retour, les pays de l’UE se voyaient imposer des quotas de migrants qu’ils devaient héberger. Mais très peu ont respecté cette obligation, et seulement 7 396 réfugiés ont quitté l’Italie pour d’autres pays européens.

A l’heure actuelle, on dénombre près de 200 000 personnes dans les centres d’accueil des réfugiés de toute l’Italie, et ces derniers parviennent à saturation. Depuis le début de cette année, près de 86 000 réfugiés sont arrivés en Italie. Les Nigérians, suivis des Bangladais, sont les plus nombreux.

Dans une interview accordée à la RAI dimanche, Giro a déclaré que cette option était bien à l’étude, mais que l’article du Times était « une spéculation ».

Source: https://fr.express.live/2017/07/17/italie-envisage-visas-temporaires-migrants/

Commentaires