Print Friendly, PDF & Email

17 ans après, les médias évoquent avec une certaine timidité ce qui s’est passé à Manhattan, le 11 septembre 2001. Ils ont passé sous silence quelques vérités, quelques faits qui n’entrent pas dans le moule du bourrage de crâne qu’ils poursuivent inlassablement, contre tout sens des réalités. 

Les médias bien-pensants ont « oublié » de repasser les images d’Arabes occupants de la Palestine, laissant exploser leur joie (on entend distinctement des « Allah akbar ») à l’annonce de la destruction des deux tours du World Trade Center, à New York, en ce fatal 11 septembre 2001.

Images rares, car elles disparurent très vite des écrans, le jour même de leur diffusion. Elles circulèrent sur les journaux télévisés, à l’heure e table, mais le soir, les télévisions francophones ne les montraient déjà plus !

Rappelons que ce sont ces gens-là que soutiennent les Organisations Non Gouvernementales (ONG), dépensant des millions en propagande anti-israélienne, appelant même au boycott des produits venus d’Israël.

Au passage, vous remarquerez que ces « palestiniens affamés » se portent à merveille, font preuve d’une étonnante vigueur et ne donnent pas des signes de malnutrition. Et voir des femmes autochtones rire à gorge déployée nous change des images de mères éplorées dans des « reportages » qui sont la honte du journalisme, mais que les associations de journalistes ne sanctionnent évidemment pas.   

N’oublions pas que ces gens exprimant leur joie devant la « destruction de l’Occident » sont les complices de Daesh, l’Etat Islamique. Cette entité, envoie de disparition sur le terrain, poursuit ses appels à la haine.

Et trouve des complices dans la presse subsidiée (cela n’étonnera personne), mais aussi dans le monde politique.

Ainsi, le député CDH Georges Dallemagne s’est rendu dans un camp de prisonniers kurdes, se faisant accompagner d’une équipe de télévision (RTL-TVI). Question : à quel titre, ce héros  du CDH s’est-il rendu dans un camp où sont détenus des traîtres à la Belgique ? Qui a payé le voyage et le séjour sur place de cet élu et des journaliste, cameraman, etc ? Poser la question, c’est y répondre.

Autre question : avez-vous été prévenus qu’un élu belge se rendait en Syrie pour secourir des familles de traîtres ? Poser la question, c’est y répondre…

Par La Libre, nous apprenons que « Mina el-Maliji est retenue depuis onze mois avec sa fille de six ans dans un camp kurde. La ressortissante belge avait rejoint le califat en 2014. Elle affirme avoir été trahie par Daech. »

Cette femme de 49 ans, accompagné de sa fille de 6 ans, Lila, rêve de « retourner dans les Marolles et boire un café sur une terrasse ». Elle est partie en Syrie, rejoindre les troupes de Daesh, qui a déclaré la guerre à l’Europe, rappelons-le. De ce fait, le voyage de Mina el-Maliji relève de la haute trahison. En 1945, les Belges condamnés pour haute trahison étaient passés par les armes.

A l’heure où les médias tentent de convaincre les Belges qu’ils sont racistes, ces mêmes médias voudraient nous attendrir sur le sort de traîtres. témoin, ce titre de L’Avenir (12/9/2018, en page 6) : « Lila, 6 ans, incarne-t-elle le terrorisme ?« .

Suivent de gros efforts pour faire pleurer Margot : « Lila a six ans, une bouille à croquer, un enfant qu’on aurait envie de serrer dans ses bras. » A part cela, la « bouille à croquer » vit dans un camp de prisonniers des Kurdes, où la loi est faite par des femmes, voilées de la tête aux pieds, et portant des gants, signe du radicalisme le plus profond.

C’est évidemment « non ! » au retour des djihadistes et de leurs familles. Mina se dit « trahie par Daesh », alors qu’elle est soupçonnée d’avoir participé à des actions terroristes ! Et elle veut rentrer en Belgique, son pays des allocations.

Oui, n’oublions pas ce qui s’est passé depuis le 11 septembre 2001. Voici les victimes françaises des attentats divers qui ont endeuillé l’Europe.

Et n’oublions pas les victimes, égorgées par Daesh, ce « rêve » qui continue à éblouir les Mina el-Majili – et sa fille de 6 ans, radicalisée par des « institutrices » djihadistes ! Le journaliste américain, James Foley, égorgé le 18 août 2014 (voir :James Foley). Des images odieuses qui ont largement circulé sur les réseaux sociaux « palestiniens »…

Des réalités qui dérangent les bien-pensants et leurs médias, essayant de préparer les esprits à l’application d’un traitement « humain » pour des assassins, des traîtres et leurs complices.

A.D.

Commentaires