Print Friendly, PDF & Email

La guerre classique peut-être définie de très nombreuses façons. Nous en avons retenu une interprétation, une parmi bien d’autres, celle de Gaston Bouthoul (1896 – 1980), sociologue français spécialiste du phénomène :

« La guerre est une forme de violence qui a pour caractéristique essentielle d’être méthodique et organisée quant aux groupes qui la font et aux manières dont ils la mènent. En outre, elle est limitée dans le temps et dans l’espace et soumise à des règles juridiques particulières, extrêmement variables suivant les lieux et les époques. Sa dernière caractéristique est d’être sanglante … ».

Sommes-nous en guerre ?

La réponse est évidemment oui, même si les angéliques se refusent de le reconnaître et si toutes les caractéristiques qu’évoque la définition proposée ci-dessus doivent être adaptées et largement complétées. L’Etat islamique nous le rappelle d’ailleurs par des déclarations éloquentes et des menaces.

Ils en veulent à la Belgique. Car dans ce cas-ci, l’ennemi n’a pas de règle, pas de frontière, il se comporte en assassins où l’horrible est la règle. Pas seulement des soldats déchiquetés, mais les citoyens de tout âge éventrés, égorgés, brûlés, crucifiés, décapités, anéantis.

La Belgique est en guerre, cela ne fait pas l’ombre d’un doute, et notre engagement est indispensable.

Nous vivons une guerre asymétrique, car une partie de celle-ci visible se déroule au loin en Irak, en Syrie où les USA, le Canada, l’Australie opèrent avec cinq pays européens alliés, dont notre pays. Officiellement cinq autres pays du Moyen-Orient font également partie de la coalition. Les avions, les bombes sont également les nôtres. Des aéroports militaires sont utilisés et une coordination, une logistique beaucoup moins visible est en pleine activité.

Nous pensons que les bombardements seront insuffisants et qu’il faudra des troupes aguerries au sol.

En Syrie et en Irak, principalement, la survie de populations entières dépend de nos interventions. Il faut combattre l’innommable : un génocide et des crimes contre l’humanité.

Il faut aussi intégrer que l’Etat Islamique et toutes les mouvances qui y ont fait allégeance – où qui à court terme seront des alliés de l’E.I. – mobilisent des combattants radicaux pas seulement dans les deux pays cités, mais également de très nombreux groupes terroristes dissimulés qui fréquemment opèrent des guérillas dans plus de quatorze pays africains. Les gens pensent évidemment d’emblée à Boko Haram au Nigéria ou aux groupes terroristes qui assassine en Lybie. Mais une grosse partie des pays du Nord de l’Afrique abritent de très nombreux radicaux très mobiles.

Tous les jours la liste des viols et des crimes s’allongent au Kenya, en Algérie, au Soudan, en Somalie…..Quand ce ne sont pas des pays entiers qui sont gangrénés.

Ne vous y trompez pas, tout ce qui se passe est de la même mouvance et nous contamine déjà jusque chez nous.

Au Moyen-Orient, il est inutile de vous nommer les autres régions où sévissent des fous radicaux se réclamant de Daesh ou d’Al Quaida. Les citoyens européens dont les Belges doivent comprendre que tous ces intégristes ne vivent que dans la haine et érigent l’assassinat en loi.

Ils ont juré la fin de l’Occident. Il y a évidemment une cinquième colonne puissante qui sème leur propagande dans nos médias. C’est la partie sournoise de cette guerre, que peu de gens détectent.

Vont-ils gagner cette guerre ? Ils ont le temps pour eux et la complaisance ou la candeur de certains politiques qui vérolent les partis au pouvoir en Europe. Si nous baissons les bras : oui, ils vaincront. Même si c’est à très long terme.

Car l’ennemi est sur nos sols et nos soldats ont commencé à se déployer. Les autres empreintes sont visibles ou cachées dans de nombreux pays européens : les cellules dormantes probablement très nombreuses, d’où émergent çà et là des actions abominables comme la tuerie du Musée Juif de Bruxelles, les attentats terroristes en France, les multiples faits de violence qui commencent à saturer les nouvelles tous les jours.

Les appels à la désobéissance aux lois de nos pays se manifestent au quotidien jusque dans les écoles. Des attentats sont déjoués aux derniers moments, et la police surveille probablement de très nombreux criminels radicaux prêts à passer à l’action. Tout le monde est visé : les chrétiens, les juifs, les musulmans, les athées, les femmes, les enfants…. Nos valeurs évidemment, sont des cibles pour l’ennemi.

Combien de fois le sang coulera ….. Impossible de le dire.

Une chose est sûre, la tolérance zéro doit être appliquée dans tous les cas de figure et les sanctions doivent être exemplaires. « Si vis pacem, para bellum » dit une locution latine : Qui veut la paix prépare la guerre.
Pour se faire respecter, il faut être craint.

L’Europe, dont la Belgique et la France sont en guerre. L’heure est à la mobilisation et pas à des prêchi-prêcha bien pensants. 

Ceux qui pleurnichent à la vue des soldats dans les rues, sont des « collaborateurs », nous espérons inconscients de leurs erreurs. Le réveil sera dur, le jour où leur femme sera violée ou tuée, il sera trop tard.
Rappelez-vous Munich en 1938, le triomphe de la crédulité qui déboucha sur la barbarie nazie et ses dizaines de millions de morts. La situation actuelle avec asymétrie concorde fort, nous en sommes seulement aux prémices.

C’est toute notre civilisation qui risque d’être balayée. Il est grand temps pour tous de le comprendre.

JACQUES D’EVILLE

Commentaires