Print Friendly

Alors ça, pour une surprise, c’est une surprise, diraient les Dupont-Dupond. Benoît Lutgen annonce que le CDH abandonne le Parti Socialiste dans le gouvernement des Régions ! C’est le calcul d’un parti en déroute, qui n’a aucune honnêteté intellectuelle et n’a jamais hésité à retourner son pantalon, pour autant qu’il puisse s’accrocher cyniquement au pouvoir. Ecoeurant, mais amusant!

Les « progressistes » de gauche du CDH quittent le PS: un coup de jarnac cynique de la part d’un parti en pleine déconfiture et qui espère se sauver en changeant de partenaires

Pourquoi le cdH lâche-il son partenaire socialiste maintenant? C’est simple : c’est ça ou la disparition totale du CDH demain.

L’interview de Maxime Prévot, le bourgmestre de Namur empêché et Vice-président du gouvernement wallon, ce week-end dans l’Echo, était transparente. Le CDH voit que le PS est empêtré dans des affaires sans fin (le CDH est impliqué aussi bien sûr mais ce ne sont pas les chefs de bande) et qu’il réagit par la bonne vieille démagogie qui consiste à prendre un virage à gauche, pour rattraper les scores qu’enregistre le PTB.

Pourquoi ne pas avoir attendu 2018 (les communales en octobre) ou 2019 (les législatives, régionales et européennes en mai)?

Toujours aussi simple. Les sondages montrent que le CDH est en voie de disparition. Il se retrouve régulièrement 5e parti en Wallonie, avec un score – selon les sondages – proche de celui du jeune Parti Populaire.

Maxime Prevot (au centre), le ministre, bourgmestre « empêché » de Namur  (oh, si peu!) avait déjà laissé entendre ce week-end qu’il pourrait lâcher Magnette (à droite). C’est fait!

Dès lors, Lutgen lance un appel solennel au MR et à Écolo (ainsi qu’à Defi à Bruxelles) pour conclure un nouveau pacte de majorité. Lutgen s’avère être une vraie p… irrespectueuse de ses accords passés. Le CDH a une vocation de collabos, au sens de la dernière guerre, et nous pesons nos mots, M. Lutgen. A la manière des ministre de Macron, transfuges des Républicains. Tout pour s’accrocher au pouvoir…

Le PS – tout le monde le sait, à commencer par Magnette et Di Rupo va ramasser une raclée en 2018 et 2019. Même le clientélisme n’y suffira pas. Et les p… du CDH font dès lors coup double: le cdH s’écarte du parti des corrompus et se raccroche au wagon des futurs vainqueurs. Ouf !

Tout a été négocié par Lutgen dans le plus grand secret avec Olivier Chastel. Le MR est grand gagnant, alors qu’il essayait lui, de négocier avec le PS dans un premier temps. C’est joli la politique.

Croyez-vous que Lutgen pratique la main tendue, comme ça, après sa grande découverte ? Que nenni. Tout cela a évidemment été négocié depuis des semaines dans le dos du PS entre Olivier Chastel et Benoît Lutgen, l’opportuniste. Il a grillé de vitesse le PS, qui avait déjà entamé des négociations avec le MR pour 2019. Nous nous étions fait l’écho de ces contacts secrets entre Chastel et Magnette.

Le Parti Populaire a envoyé un communiqué à la presse, appelant à des élections là où c’est possible, mais on peut craindre que cette demande ne reste lettre morte. Aucun des partis traditionnels qui « tiennent » la francophonie ne veut d’élections.

Croyez-vous que chez ces politicards de très bas étage, il y ait la moindre gêne par rapport à l’éthique ou la déontologie ? Le potopot se reforme, autour du MR qui enc… le PS. Ca, c’est de la politique !

MR, CDH et Ecolo vont sans doute constater que le roi Magnette est nu (comme le roi Vervoort), qu’il n’a plus de majorité et le MR va monter aux Régions wallonne et bruxelloise. Exit le PS!

Et puis réfléchissez ! La coalition actuelle  au fédéral va être reconduite, avec le CDH ! Le CD&V va retrouver son parti frère et se sentira moins seul avec les « populistes » de la NVA. De Wever sera tout heureux d’avoir contribué à liquider le PS. Charles Michel se sentira moins seul.

Que vont-ils devenir? Ne les abandonnons pas au début des vacances. Mettons-les dans un refuge…

Vers l’Avenir fait une bonne analyse un peu osée en comparant Lutgen à cette tique (c’est la saison) qui quitte son hôte (le PS) parce qu’il n’y a plus rien à sucer…

Pauvre Paul Magnette, pauvre Rudi Vervoort, pauvre Laurette ; que vont-ils devenir maintenant qu’on leur enlève aussi leurs prébendes ? Et ce pauvre Me Uyttendaele; où va-t-il trouver encore un responsable socialiste pour lui donner des contrats-bidon pour occuper son cabinet ? C’est triste, non ?!

C.T.

Commentaires