Print Friendly

Totalement déconnectés de la réalité, les parlementaires européens socialistes croient que les mouvements dits « populistes » menacent la démocratie.

La gauche ne pense qu’à ça. À quoi, me direz-vous ? Aux « populistes » et à la menace extrémiste qu’ils feraient peser sur le Vieux Continent – du moins dans sa version dévoyée qu’est l’Union européenne. Jamais effrayée par le ridicule, la gauche européenne se fait grandiloquente quand elle sent que son influence s’estompe, dans une brochure intitulée « L’Europe et la menace extrémiste et populiste – Une réponse progressiste ».

Après avoir démoli l’école en Communauté française, Marie Arena sévit maintenant au parlement européen

Fruit d’un travail commun entre le groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et des démocrates au Parlement européen et Extremism WG (Groupe de travail sur l’extrémisme, le populisme, le nationalisme et la xénophobie), la « Déclaration de Budapest » agite les peurs en dénonçant un supposé spectre de l’infamie qui irait de Viktor Orbán à Marine Le Pen… Elle sert de fil conducteur à ce rapport.

Cheville ouvrière de ce comité de réflexion des Bisounours de la politique, l’impayable Sylvie Guillaume dont je vous parlais ici-même dernièrement. Elle est l’auteur de la préface. Frappée d’une névrose symptomatique de la pensée de la gauche contemporaine, elle prétend notamment qu’il serait « devenu banal de voir le populisme, le nationalisme et l’euroscepticisme prospérer dans les débats européens ».

Dans le même texte, Sylvie Guillaume commet l’impardonnable ; en amalgamant, d’une manière particulièrement vicieuse, l’horrible massacre d’Utoya, commis par l’assassin Breivik, à des formations politiques qui défendent les valeurs de la démocratie telles que l’UKIP ou le Front national.

L’Ecolo Lambrechts; un autre zozo d’extrême gauche, qui mène la politique catastrophique de l’UE en matière énergétique et prétend qu’il n’y a pas de terroristes parmi les migrants.

Un affront qui, selon toute vraisemblance, restera impuni ; tant ces gens se pensent autorisés à tout. Y compris, et surtout, au pire. Pour la députée socialiste au Parlement européen, il ne fait aucun doute que Marine Le Pen, démon sorti des enfers, s’opposerait aux « valeurs de paix, de liberté et de modernité ».

 députée française Sylvie Guillaume
La députée française Sylvie Guillaume: la confiscation de la démocratie par le socialisme

Il est facile d’user d’arguments d’autorité pour salir ses adversaires. J’aimerais mettre Sylvie Guillaume au défi de nous prouver que Marine Le Pen est l’ennemi de nos libertés, quand tout indique qu’elle entend nous les rendre ! Ainsi que le disait Jean-Jacques Rousseau, référence de la gauche : « La liberté consiste moins à faire sa volonté qu’à ne pas être soumis à celle d’autrui. » La gauche tente pourtant de nous soumettre à sa vision du monde, forcément meilleure et plus haute sur le plan moral. Elle est liberticide et veut nous confisquer le pouvoir.

Totalement déconnectés de la réalité, les parlementaires européens socialistes croient que les mouvements dits « populistes » menacent la démocratie et la liberté des médias dans lesquels leurs idées sont presque hégémoniques… Quelle blague ! Ah, que leur monde serait beau s’il existait. Malheureusement, les peuples n’en ont pas connaissance. Dans leur quotidien, ils constatent qu’ils ont été dépossédés de tout et, avant toute chose, du droit le plus fondamental : rester maîtres chez eux.

Source: http://www.bvoltaire.fr/dominique-bilde/parlement-europeen-gauche-ne-pense-quaux-populistes,318976

Commentaires