Print Friendly, PDF & Email

Nous y sommes ! Que fait-on dans les partis traditionnels lorsque les citoyens « votent mal » et élisent au parlement européen 100 élus eurosceptiques sur 751. Et bien, c’est simple, on les étrangle ! On leur retire le financement dont bénéficient les partis « acceptables », en interdisant toute autre forme de subvention.

Manfred Weber (chef du groupe PPE au parlement européen) avec la chancelière Merkel: pas de démocratie pour les ennemis de la démocratie! Etranglons les eurosceptiques: ces partis ne méritent pas d’exister.

C’est la position ouvertement affichée par le président du PPE (parti populaire européen – rien à voir avec le Parti Populaire belge de Mischaël Modrikamen), ce parti européen qui regroupe les sociaux-chrétiens des 28 – 1 pays membres de l’Union. L’Allemand Manfred Weber est un proche de la chancelière Angela Merkel.

Rien à dire de particulier de Manfred Weber; c’est un tâcheron de la version bavaroise du parti de Merkel, la CSU. Il a 45 ans et ne s’est jamais fait remarquer pour rien sinon la proposition de donner des billets de train gratuits aux jeunes européens pour qu’ils découvrent les autres pays de l’Union. Ah oui, il a aussi qualifié le ministre des Affaires étrangères britannique (un eurosceptique pro-Brexit), Boris Johnson, de « clown »… Bof !

Ce petit apparatchik est hors de lui, et sa position est évidemment concertée avec Angela Merkel elle-même. Le président du groupe du Parti populaire européen s’interroge publiquement avec brutalité à propos des «populistes»: « comment l’Europe peut-elle être assez stupide pour financer ses ennemis ? ».

Le hargneux petit Manfred Weber (PPE) et le grand homme de la Commission de la « dernière chance », Jean-Claude Juncker, aussi membre du PPE, comme le parti de Benoît Lutgen et Jowelle Milquet

Alors que les forces dites eurosceptiques, telles le regroupement MENL mené par Marine Le Pen ou l’ADDE, où Nigel Farage (UKIP) est le plus important, se renforcent un peu partout au sein de l’Union européenne, Weber ne supporte plus que ces formations reçoivent des fonds selon un critère de répartition qui prend en compte le nombre de députés, tels que ceux du UKIP britannique, du Front national français, ou du Mouvement Cinq étoiles dirigé par le comique italien Beppe Grillo.

Concrètement, M. Weber propose que seules les forces adhérant aux « valeurs européennes » puissent désormais prétendre à un financement public (ce qui permettrait au passage d’augmenter la part de gâteau de ces dernières). Une règle qui vaut déjà, peu ou prou, pour les partis européens, qui doivent souscrire un engagement en ce sens.

Il faut punir les forces « qui veulent détruire l’Europe » exige Manfred Weber

Paul Nuttal, le nouveau président du UKIP a remis le hargneux petit Weber à sa place: l’argent de l’Europe, ce n’est pas « son argent » mais celui des citoyens, aussi de ceux qui « votent mal »…

Le chef du UKIP, Paul Nuttal a réagi en rappelant qu’il n’existait en réalité pas d’« argent européen » abstrait, mais des impôts collectés sur les contribuables nationaux. Or ceux-ci, pour le plus grand malheur des europhiles, se reconnaissent de moins en moins dans la «grande aventure européenne».

Il faut donc punir les forces « qui veulent détruire l’Europe » a martelé le Bavarois. Certes, parmi les « valeurs » de celle-ci figurent officiellement la non-discrimination et l’égalité; mais en matière de subventions bruxelloises, il y a quand même des partis qui sont plus égaux que d’autres…

Tous les partis traditionnels se sont entendus pour lancer des « enquêtes » bidon contre les partis eurosceptiques : l’ADDE (Farage) s’est vu couper la plus grande part de sa subsidiation et est en appel à la Cour européenne et Marine Le Pen est accusée d’avoir mis sur le quota d’assistants de son parti au parlement européen, deux personnes qui ne travaillaient que pour le FN…

Ce qui est très amusant, c’est que tous les partis présents au parlement européen pratiquent de la même manière.

Le sinistre Martin Schulz (SPD) est parti à Berlin mener les socialistes à la victoire, aux prochaines législatives. Il devrait être poursuivi comme Marine Le Pen, exactement pour la même chose! Mais rassurez-vous, lui, c’est un « bon »: pas de poursuites

Pour exemple, le sinistre Martin Schulz qui a présidé le parlement européen ces dernières années, a un assistant parlementaire qui ne vient jamais au parlement. Il s’occupe des voyages pour les députés (nationaux) de la CDU – CSU de chez lui à Cologne. Mais Schulz ne sera pas inquiété, rassurez-vous. D’ailleurs il est parti à Berlin. Lui, c’est un « bon » qui ne remet pas en cause le fonction de cette Europe déconnectée de parasites surpayés que ne connaissent pas leurs concitoyens.

Vérifiez vous-mêmes! Sur la photo ci-dessus, vous voyez les 40 plus importants parlementaires européens. Vous en connaissez deux, ou plutôt vous en connaissez un d’honorable : Guy Verhofstadt. L’autre, c’est cette infâme populiste qu’on devrait jeter dans un cul de basse fosse: Marine Le Pen.

Vive la démocratie européenne à la Juncker, à la Tusk, à la Schulz, à la Merkel et à la Weber!

L.R.

En savoir plus (version de gôche) sur: http://www.lemonde.fr/decryptages/article/2015/05/22/le-parlement-europeen-resiste-aux-eurosceptiques_4638608_1668393.html#yPypSyVpEjzYJFCj.99

Commentaires