Print Friendly, PDF & Email

Plus que jamais larbin de George Soros, Guy Verhofstadt (OpenVLD) s’était cru autorisé à insulter les participants à la « Marche pour l’Indépendance », organisée, ce samedi 11 novembre, à Varsovie – et sans aucun incident, aucune voiture incendiée, aucun commerce pillé.

Parce qu’ils osent réclamer une Pologne non-soumise à l’islam et aux diktats de l’Europe, ces braves Polonais ont été traités de « néo nazis » et de « fascistes » par Verhofstadt, qui a mal digéré son sobriquet « Baby Thatcher », auquel nous devons l’endettement colossal de la Belgique.

Les Polonais n’ont guère apprécié la pauvreté de vocabulaire de l’agité du parlement européen, et Mira Wszelaka, présidente de la « Marche pour l’indépendance », a décidé de porter plainte pour diffamation. D’autant plus que les penchants « néo nazis » et « fascistes » de ce mouvement avaient été inventés par des journalistes très proches de George Soros. Exactement le même scénario pour justifier des perquisitions inutiles chez Mischaël Modrikamen, Président du Parti Populaire !

Les Belges le savaient, les Européens le découvrent : Verhofstadt est le roi des bobards. Dur, dur, d’être l’éternel candidat malheureux au poste de président de la Commission Européenne…

D.K.

Commentaires