Print Friendly, PDF & Email

La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB)  est un miracle permanent. Elle s’appelait encore Communauté Française de Belgique à sa création, en 1980. Cela fait donc 38 ans qu’elle établissait un budget sans connaître le nombre de subventions qu’elle dispensait ! Cela représente tout de même 1.399.537.961 euros d’argent du contribuable…

André Flahaut (PS), ministre du Budget de la FWB, est arrivé au parlement de la FWB, brandissant triomphalement le prix des subventions accordées par ce qui n’est jamais qu’un des 6 gouvernements que compte la Belgique.

Près de 1,4 milliard qui n’apparaissait pas dans les comptes jusqu’ici, ou que personne ne pouvait justifier.

On nous a aussi appris que ce 1,4 milliard arrose 130.740 groupes et associations… mais nous n’en connaitrons les noms qu’en 2020. Juste après les élections régionales de 2019.

Bien sûr, parmi les subventionnés, il y en a qui assument un travail admirable, notamment auprès des handicapés et des malades . Mais ils ne sont pas 130.740 groupements à se préoccuper du bien-être des moins-valides. Du reste, la plupart d’entre eux tirent le diable par la queue, preuve que les subventions sont bizarrement réparties.

PENDANT 38 ANS, NI LE PS, NI LE MR, NI LE CDH, NI DéFI, NI ECOLO N’ONT VERIFIé Où FILAIT 1,4 MILLIARD D’ARGENT PUBLIC !  

Par exemple, lorsque Flahaut (PS) veut imposer l’apprentissage de l’arabe dans les écoles, il voit ça au travers d’associations qui seraient subventionnées par la FWB ! Combien de ces asbl dites culturelles ne vivent pas au crochet de subventions, sans que l’on sache ce que les membres de ces associations font vraiment et quels sont les résultats qu’ils obtiennent.

Encore une fois, il s’agit trop souvent de somptueux gaspillages d’argent public… qui permettent aussi de faire baisser les chiffres de chômage, puisque les subventions d’asbl servent principalement à engager du personnel.

Le PARTI POPULAIRE s’engage à faire baisser significativement les dépenses inutiles, en Wallonie et à Bruxelles. Il n’attendra pas 38 ans pour obtenir le prix que nous coûtent les subventions. Les associations vraiment nécessaires sont facilement identifiables, de même que celles qui résultent de copinages politiciens et clientélistes. Il y a des millions d’argent public à récupérer ! Ils pourront servir à l’amélioration du niveau de vie de la classe moyenne, des pensionnés et des gens qui vivent de leur travail. 

A.D.

Commentaires