Print Friendly, PDF & Email

A part la canicule, la grande tendance de l’été 2018 est de culpabiliser les Européens, accusés d’être des pollueurs invétérés. FAUX ! Néanmoins, le gouvernement Michel nous assomme de taxes dites « vertes ». Cela ressemble à une vaste escroquerie. Résultat : les autres continents polluent, nous payons !

Une étude menée par les Etats-Unis et l’Australie, sous la direction de Jenna Jambeck (Université de Georgie – Etats-Unis), a donné des résultats très clairs sur les pollueurs par le plastique. Ceux-ci sont repris dans ce tableau, publié sur le site Statista.

On notera qu’AUCUN pays européen, ni l’Union Européenne dans son ensemble n’apparaissent dans la liste des 12 plus grands pollueurs mondiaux par le plastique.

Elle remet en question les dogmes, diffusés par les médias, sur l’origine de cette pollution dramatique. La plus grande pollueuse est la Chine qui, déjà en 2010, déversait 8,8 millions de tonnes de déchets plastiques dans la mer.

Les suivants sont :

Indonésie : 3,2 millions de tonnes

Philippines : 1,9 million de tonnes

Vietnam : 1,8 million de tonnes

Sri Lanka : 1,6 million de tonnes

Egypte : 1 million de tonnes

Thaïlande : 1 million de tonnes

Malaisie : 0,9 million de tonnes

Nigeria : 0,9 million de tonnes

Bangladesh : 0,8 million de tonnes

Brésil : 0,5 millions de tonnes

Etats-Unis : 0,3 million de tonnes

Dans cette liste, pas trace du moindre pays Européen ! Hors, l’Europe est bordée par l’Océan Atlantique, la Méditerranée et même la Mer Noire.

Source : https://www.statista.com/chart/12211/the-countries-polluting-the-oceans-the-most/

Quand la Commission européenne veut nous taxer pour la pollution des mers par le plastique, elle nous ment et se livre à un racket. De même que le gouvernement Michel et ses médias subventionnés multiplient les images de « continents de plastique » flottant sur les mers, les baleines mortes pour avoir ingurgité des centaines de bouteilles et d’emballages en plastique.

POUR CE QUI CONCERNE CETTE POLLUTION MAJEURE, LES BELGES ET LES EUROPEENS SONT LES VICTIMES, PAS LES RESPONSABLES

Les images sont vraies, mais elles ne concernent pas le consommateur européen, qui n’est pas responsable de ce gâchis !

C’est à nouveau le consommateur européen que l’on veut mettre au pilori, tout en ignorant les vrais responsables. Avant de déverser des milliards d’aides à des pays comme l’Egypte, le Nigéria et le Bangladesh, l’Union Européenne ne pourrait-elle pas exiger que ces pays se mettent d’abord en ordre au plan de la pollution des mers ?

C’est évidemment plus fastidieux que d’inventer de nouvelles taxes « vertes » frappant les Belges et les Européens. Et on sait que l’ardeur au travail n’est pas la première expression qui vient à l’esprit, quand on parle des eurocrates…

La pollution des mers est un problème très grave. Mais il faut sanctionner les vrais responsables. Dans cette question, les Européens sont les victimes et non pas les pollueurs. Et ce sont les Européens qui déploient les plus grands efforts (financiers, entre autres) pour nettoyer les mers. Il est temps de faire passer les intérêts des citoyens européens d’abord ! 

A.D.

 

 

Commentaires