Print Friendly, PDF & Email

Le Standaard a publié un article qui analyse ce concept de « populisme », à la bouche de tous les journalistes et censeurs de la politique qui se respectent… Pour la plupart des politiques traditionnels et de la presse officielle bien-pensante, c’est un terme méprisant, qui pour eux, signifie l’appel aux bas instincts du « peuple », consulté directement (ô horreur!) par l’intermédiaire de referenda, comme celui qui a transformé le Brexit en réalité.

Les « populismes » sont le plus souvent pointés à droite de l’échiquier politique, bien que pour un nombre croissant d’observateurs politiques, il y ait un populisme de gauche, parfaitement représenté par la démagogie du PTB par exemple: « faisons payer les riches ».

graph1En Belgique, le Standaard pointe à droite, le Vlaams Belang, la NVA et le Parti Populaire du côté francophone. Pour ce dernier, son président assume d’ailleurs asana complexe l’étiquette de « populiste »… Et le journal flamand de continuer, en remarquant que tous les partis, en ce compris les plus « institutionnels » appliquent une dose de « populisme ». Tiens donc! Comme si en effet le PS et son clientélisme politique, le plus souvent communautaire musulman, n’était pas bien plus « populiste » que la plupart des autres partis: « votez pour nous, ça coulera toujours tiède »…

Rien de surprenant jusque là, mais ce qui est plus intéressant, c’est la répartition sur l’échiquier politique des différents partis représentés en Belgique, en les mettant en parallèle avec des partis connus sur le plan européen: cela va des néo-nazis d' »Aube dorée » et des gauchistes de Syriza en Grèce, au UKIP britannique, à l’Alternative für Deutschland en Allemagne, le PVV de Geert Wilders aux Pays-Bas ou le Mouvement Cinque Stelle en Italie.

Le Parti Populaire de Mischael Modrikamen est proche de l'AfD allemand, plus autoritaire et sécuritaire, mais moins "populiste" dans le discours ...
Le Parti Populaire de Mischael Modrikamen est proche de l’AfD allemand, plus autoritaire et sécuritaire, mais moins « populiste » dans le discours …

Le Standaard remarque à ce propos que le Parti Populaire de Mischael Modrikamen est plus autoritaire (traduisez plus « sécuritaire ») que la NVA et le Vlaams Belang ou le UKIP et le PIS polonais, dans les solutions proposées. Seul l’AfD allemand est proche du Parti Populaire sur le plan des « valeurs d’autorité ».

Sur l’échelle de la rhétorique populiste, le Parti Populaire est proche de l’AfD allemand ou de la NVA; beaucoup moins strident que le PVV de Wilders aux Pays-Bas, le UKIP de Nigel Farage, le Vlaams Belang… Cinque Stelle en Italie ou Syriza en Grèce.

Pour le Standaard, la Belgique est moins touchée par la montée des populismes que le reste de l’Europe occidentale, mais cela pourrait changer rapidement, tant l’électorat se montre plus volatile, moins fidèle qu’autrefois. Comme si le bon peuple voulait donner une leçon aux instituts de sondage en les faisant se tromper lourdement à chaque scrutin, du Brexit britannique, à l’élection de Trump, en passant par celle de F. Fillon.

Haut les coeurs! Rien n’est acquis…

C.T.

Commentaires