Print Friendly, PDF & Email

Hallucinant ! Tou.te.s les Molenbeekois.es sens.é.es pensaient que  la nuit de la Saint-Sylvestre avait donné lieu à des actes crapuleux : incendies de voitures, pillage d’une pharmacie et d’autres commerces et autres exactions punissables (mais qui ne le seront pas, Catherine y veille). C’était une fête, proclame la bourgmestre dans l’émission de la VRT « Terzake » !


Elle ne le dit pas explicitement, mais c’est ce qui ressort de ses propos indécents. A la racaillerie, elle veut répondre par des fêtes – « pour empêcher que les jeunes n’organisent eux-mêmes des fêtes« , conclut-elle. Au passage, admirez perfection de son néerlandais, élue dans une région bilingue…

On pourrait l’excuser : la nuit de la terreur, elle n’était pas présente dans la commune et n’a entendu que les propos rassurants de la justice et de la presse : « Ce n’était pas plus grave que les années précédentes« .

Forte de ces contre-vérités, la bourgmestre PS a cru bon d’insulter les victimes des racailles. En assimilant de facto des pillages à une fête, c’est littéralement cracher au visage des victimes.

C’est vrai que des attentats, organisés par les autorités, c’est plus festif que ce qui s’est passé à Maelbeek et à Zaventem ou au musée Juif.

Une mosquée radicale protégée par les Moureaux


Catherine Moureaux est bien la fille de feu son père – « feu » ne désigne pas des incendies provoqués volontairement.

La vidéo ci-dessus présente un discours haineux d’un imam. Pas n’importe lequel : Mohamed Toujgani, président de la Ligue des imams de Belgique et maître de la mosquée al-Khalil, située à… Molenbeek, où elle accueille quelques milliers de fidèles.

Chouchou des Moureaux, mais aussi du ministre de la Justice Koen Geens (notre photo montre ce dernier baisant dévotement la main de l’imam), Toujfgani appelle à « brûler les Juifs et tous ceux qui ne sont pas musulmans ».

Voilà donc le genre de fête que nous promet Catherine Moureaux. On pourrait y ajouter une jolie exécution en série de Chrétiens, comme la pratiquent ceux qui partagent les injonctions de Toujgani.

Au-delà de la plaisanterie, il est maintenant prouvé que Catherine Moureaux a bien choisi son camp : celui de ses électeurs, autorisés à terroriser la commune de Molenbeek. Ils seront innocentés par une justice laxiste, une presse aux ordres et une bien-pensance imposant la dictature de la pensée unique. 

Que la fête commence… 

D.K.

 

 

 

Commentaires