Print Friendly

Vous avez, sans doute, vu les spots TV très professionnels, réalisés par Médecins Sans Frontières, en Méditerranée et dans les Balkans, dans le cadre de leur campagne « Nous sommes dans le même bateau », pour inciter les citoyens belges à donner de l’argent « pour les réfugiés ». Eh bien, cela n’a pas fonctionné. La récolte de fonds est très maigre!

Les spots publicitaires de MSF, destinés à récolter de l'argent pour les migrants n'ont pas marché: la récolte est maigre!
Les spots publicitaires de MSF, destinés à récolter de l’argent pour les migrants, n’ont pas marché : la récolte est maigre!

On voit sur les 24 séquences publicitaires, les bateaux de MSF aller au-devant des embarcations de fortune, utilisées par les migrants illégaux qui tentent la traversée au départ de la Tunisie, de la Libye ou de l’Egypte vers l’Italie, ou encore de Turquie vers les îles grecques. MSF parle de « sauvetage », alors qu’il s’agit, en fait, d’une participation active à l’organisation du réseau de passeurs de ces migrants qui viennent du Moyen-Orient et d’Afrique subsaharienne pour tenter leur chance en Europe, dans l’illégalité la plus complète.

MSF est et reste très respectable dans sa volonté de soigner et d’aider les victimes des catastrophes, guerres et autres désastres de par le monde, mais ici, l’organisation trompe le public et le trompe sciemment. Seule, une petite minorité des migrants sont de vrais réfugiés et parmi ceux qui se déclarent « Syriens », seule, une minorité le sont vraiment. La grande majorité sont des migrants économiques.

Le public ne s’y est pas laissé prendre. MSF n’a récolté que 673.000 € alors, par exemple, que la campagne pour les victimes du tremblement de terre au Népal (pourtant peu médiatisé) avait récolté 1 million d’€ ou que la campagne pour venir en aide du tremblement de terre en Haïti avait récolté 4,7 millions d’€.

Clairement, le citoyen a compris que les médias, MSF, Greepeace et surtout le monde politique traditionnel lui ment, quant à l’invasion de migrants qui est en train de se produire. Selon la Commission européenne, elle-même, le compteur des migrants arrivés en Europe dépasse aujourd’hui 1.100.000 personnes, pour l’immense majorité des jeunes hommes entre 25 et 35 ans. Et on atteindra, sans doute, 1.200.000 migrants pour 2015, sans que le flux ne s’arrête, au contraire!

Malgré la médiatisation colossale autour de ce phénomène de migration, la maigre récolte de MSF montre la désapprobation du public. Les 24 capsules vidéo où témoignent des « réfugiés », soigneusement sélectionnés (des femmes avec enfants), des donateurs et des collaborateurs de MSF ont été visionnés sur Facebook, Twitter et Utube, mais cela ne signifie pas que le public soutient la campagne. Oui, « nous sommes tous concernés » par cette crise mais pas dans le sens que veut nous imposer la bien-pensance de gauche. Il faut rapatrier ces gens et les aider chez eux. C’est ce qu’a proposé le député fédéral Aldo Carcaci, du Parti Populaire au parlement. 

MSF montre son engagement d’extrême gauche, en collaborant avec Greenpeace, pendant tout l’hiver à la facilitation des passages clandestins de la Turquie vers les îles grecques. MSF participe à l’accueil des migrants sur les îles de Kos, Lesbos et Leros, où ils continuent d’affluer.

Greenpeace, l’ONG extrémiste « verte » peut-elle expliquer pourquoi elle a des bateaux en mer Egée pour faire entrer les migrants en Europe? C’est pour cela que l’ONG a été créée? Cela fait partie de son objet social?

L.R.

 

Commentaires