Print Friendly, PDF & Email

Le dictateur nazislamiste turc, Recep Tayyip Erdogan, a décidé d’appeler des élections anticipées, en juin, afin de raffermir (encore !) son pouvoir. A cette fin, il envoie ses ministres faire de la propagande électorale dans les pays d’Europe, qu’il croit déjà sous sa domination.

En Autriche, le nouveau chancelier Sebastian Kurz a été clair : « Les meetings politiques concernant un pays tiers sont interdits sur le sol autrichien« . Il envisage même de modifier la Constitution pour pérenniser cette mesure.

Et en Belgique ? C’est tout le contraire. Pas d’interdictions et nos politiciens des partis traditionnels vont plus loin. Ce 27 avril, le parlement fédéral ouvrira toutes grandes ses portes pour accueillir des envoyés du pacha turc.

Ces messieurs viennent s’informer sur la manière dont « les Belges combattent l’islamophobie« . Un sujet crucial, amplifié par des spécialistes de l’arménophobie et des pros de la kurdophobie.

DES POLITICIENS TURCS, TUEURS DE KURDES, D’ARMENIENS ET DE CHRETIENS VIENNENT PARLER D’ISLAMOPHOBIE AU PARLEMENT BELGE. IL FAUT S’Y OPPOSER et LE FAIRE SAVOIR !

Toujours en quête des voix turques aux prochaines élections communales, les représentants des partis traditionnels ont même créé une commission pour donner du lustre à cette ignoble farce.

Devons-nous rappeler encore une fois que les commissions parlementaires sont des pantalonnades qui coûtent cher au contribuable et ne servent qu’à entretenir l’illusion que les parlementaires travaillent ?

Quel parlementaire demandera-t-il des explications aux Turcs qui ont fourni des armes à l’Etat Islamique, quand cela était interdit ? Et qui demandera des comptes pour le génocide des Chrétiens, opéré par l’armée turque, entrée illégalement en Syrie ? Mais non, voyons ! On ne n’indispose pas les valets d’Erdogan. Et d’ailleurs, c’est hors sujet.

Le PARTI POPULAIRE exige l’interdiction de meetings électoraux en Belgique, organisés par un pays tiers et non membre de l’Union Européenne. Par la même occasion, il est temps d’ouvrir le débat sur la suppression de la double nationalité. Ce qui nous libèrera d’individus malfaisants réclamant, dans tous les partis traditionnels, l’imposition de la charia, le laxisme sur le port du voile, etc…

Il s’agit aussi d’interdire toute propagande électorale qui ne soit pas rédigée dans une des trois langues nationales.

F.M.

Commentaires