Print Friendly

La Commission d’enquête du parlement wallon continue ses auditions malgré la période des vacances. Très bien. Pour la galerie, pour la télé, les députés de chaque parti prennent la pose, le MR Crucke en tête, pour donner l’illusion au chaland que « les choses vont changer »…

Or, pour le MR comme pour le PS, le CDH et dans une moindre mesure Ecolo, le but est avant tout de protéger leurs intérêts, leurs mandataires et la traite de la vache publique pour alimenter les partis politiques par la « rétrocession » d’une partie des émoluments des mandataires nommés dans tous les conseils d’administrations – fromages de notrie riante Wallonie. Comme c’est parti, rien ne changera. Le MR est dans l’opposition (son avis compte pour du beurre) et le PS fait le gros dos, pour maintenir son contrôle de la Wallonie par les intercommunales, une fois que le public sera lassé du feuilleton Publifin.

L’affaire Publifin est exemplaire. Si ce parlement s’avère incapable de nettoyer ces écuries d’Augias, rien d’autre ne se fera dans le secteurs des intercommunales wallonnes. Rien!

Publifin doit rester l’intercommunale-clé des communes liégeoises, mais ses filiales doivent être démantelées. Les activités qui correspondent à l’objet social d’une intercommunale doivent être rapatriées dans Publifin et tout le reste des « diversifications » des Stéphane Moreau, André Gilles et leurs amis du MR, du CDH et d’Ecolo (si, si Ecolo aussi -Ndlr), doivent être vendues ou privatisées d’une manière ou d’une autre. Moreau et Gilles doivent être LICENCIES. Malheureusement, impossible de faire confiance aux partis traditionnels. Nous sommes très pessimistes…

La clé, ce sont les activités gaz et électricité: l’activité d’intercommunales comme ORES ou RESA (Publifin), c’est la distribution d’électricité et de gaz, c’est la création et l’entretien d’un réseau. Les bénéfices éventuels engrangés doivent être ristournés aux communes, qui peuvent à leur tour alléger les impôts additionnels communaux des citoyens-contribuables. Ca, c’est la logique: produire au moindre coût pour le citoyen.

Stéphane Moreau, ici lors de son audition avec la présidente de la commission Zviren (PS comme lui), espère passer entre les gouttes et rester le patron des filiales de Publifin. Il faut LICENCIER ce sinistre individu. Pas d’autre solution…

Chez Publifin, Moreau a voulu faire du fric (notamment pour lui-même), en entrant dans la production d’électricité. Il s’est acoquiné avec l’ancien ministre Van de Lanotte, très actif dans l’éolien, et a racheté l’entreprise Electrawinds pour tirer profit des « certificats verts » qui sont un impôt déguisé, une forme d’énorme « subsidiation » indirecte d’une activité non rentable et inutile pour la lutte contre le réchauffement climatique supposé. L’éolien, c’est l’arnaque du siècle, et il était normal que Stéphane Moreau flaire la bonne affaire. Il est le parasite des parasites du consommateur d’électricité…

Les centrales éoliennes sont une arnaque gigantesque, et ce sont les mafieux de Nethys qui exploitent au mieux le système. Il faudra un jour rendre des comptes, mais quand?

Les conflits d’intérêt futurs sautent aux yeux: si 2 centrales éoliennes veulent se raccorder à Resa et que l’une des deux est une centrale Resa, laquelle sera favorisée? Si Resa a le choix entre deux productions d’électricité concurrentes; comme une centrale biomasse privée (le bon choix) et une centrale éolienne appartenant à Resa (le mauvais choix), laquelle choisira-t-elle? Etc…

Les personnages peu recommandables qui dirigent Nethys sont en train de se créer un petit empire industriel avec l’argent des communes et donc des citoyens. Ce n’est pas le meilleur prix pour les consommateurs qui les intéresse, mais plutôt l’optimisation des revenus des filiales de Nethys pour investir dans d’autres domaines où ils font du fric pour eux… Les aventures au Congo, patrie de la corruption ou dans le Sud de la France, où l’odeur de la corruption est aussi très marquée, font saliver Moreau et les autres, PS, MR et CDH réunis.

Il faut leur interdire de gérer les bénéfices du groupe. C’est le Conseil d’administration de l’intercommunale faîtière Publifin qui doit allouer les bénéfices, souverainement.

Il faut stopper toute diversification et mettre à la porte les crapules qui ont mené la danse jusqu’à présent.

Il faut séparer les métiers et se retirer de la production d’électricité ou revendre les activités éoliennes immédiatement.

L’activité gaz-électricité ne doit pas permettre à Nethys ou d’autres filiales d’engager des emprunts énormes pour d’autres activités, qui n’ont plus rien à voir avec le service public.

Les communes liégeoises qui – en connaissance de cause – continueraient à faire confiance à Moreau et Cie parce qu’ils « sont socialistes comme eux » devront rendre compte à leurs électeurs aux prochaines élections communales l’an prochain de la gabegie et du détournement des deniers publics qui en résulte.

Malgré les grandes déclarations de Crucke, Jeholet et des autres MR, nous ne croyons pas un seul instant que le scandale Publifin va être nettoyé. Magnette et les socialistes, aidés du CDH, vont maintenir leur pouvoir absolu.

Pas d’autre solution: il va falloir nettoyer cette région au karcher!

L.R.

Commentaires