Print Friendly, PDF & Email

En une semaine, la mafia socialiste bruxelloise a fait fort. Ce 25 septembre, le bourgmestre Philippe Close réquisitionnait un hôtel de la place du Samedi pour y loger quelque 80 migrants sans papiers. L’hôtel Astrid, exploité jusqu’ avril 2016, est fermé pour travaux. Une demande de permis de bâtir a été introduite par le propriétaire, le 15 juillet 2016 – le permis n’a toujours pas été délivré !

Entre-temps, des illégaux s’y sont introduits et y logent, sous l’oeil bienveillant de l’association « La Voix des Sans-Papiers » dont, en dépit de nos questions répétées, il n’y a pas moyen de savoir quelles sont les sources de financement. Ce sont les membres de l’association, installée à Molenbeek, qui ont poussé les migrants à occuper cet hôtel.

Le propriétaire en avait demandé et obtenu l’occupation par voie judiciaires, mais Philippe Close a fait voter par sa majorité PS et MR la réquisition de l’hôtel. Quand il s’agit de jouer au Popeye-les-gros-muscles, Close est un peu là.

De son côté, son coreligionnaire, Rudi Vervoort, ministre-président de la Région bruxelloise, se fait fort de dégager 500.000 euros pour permettre aux illégaux du Parc Maximilien de trouver un toit. On ne sait pas si Vervoort envisage de faire de la publicité au Soudan pour vanter les mérites de l’hôtellerie bruxelloise, mais nul doute que le téléphone arabe ne manquera pas d’attirer d’autres sans-papiers.

Tant à la ville de Bruxelles qu’à la Région, il n’y a pas de problèmes plus urgents que le sort d’illégaux. Les citoyens, en ordre avec la loi, n’ont qu’à se débrouiller avec les embarras de circulation, les piétonniers déserts, la saleté des rues, l’insécurité, la traque des automobiles mal garées, le désespoir des petits commerçants acculés à la faillite, la désertification commerciale du centre-ville, les stations de métro au délicieux parfum d’urine et autres déjections, etc, etc, etc.

Tant que les migrants (qui ne comptent pas rester en Belgique et n’apporteront rien que des dépenses à la richesse nationale) sont dans les étoiles – 5, de préférence – tout va pour le mieux à Bruxelles. Merci Philippe, merci Rudi ! On se reverra le soir des élections, en 2018 et 2019 !

Commentaires