Print Friendly, PDF & Email

Vous ne la connaissez probablement pas. C’est la nouvelle Commissaire, la remplaçante de Catherine Ashton, à la tête de la diplomatie européenne: l’italienne Federica Mogherini. Elle vient de commencer et ce qu’elle déclare est sidérant. Les milieux diplomatiques européens sont embarrassés par les déclarations incroyables de leur patronne. Mogherini est la Haut Représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (chef de la diplomatie européenne) depuis le 1er novembre 2014. C’est l’ancienne Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement italien de centre gauche. Elle a étudié les Sciences politiques et provient des milieux communistes italiens. Elle participait encore activement à la fin des années 90 à « Sinistra Giovanile », les Jeunesses d’extrême gauche, après la dissolution du Parti communiste italien.

Comment cette sotte inexpérimentée de Federica Mogherini peut-elle être chef de la diplomatie européenne et afficher en notre nom son soutien à l'Islam politique?
Comment cette sotte inexpérimentée de Federica Mogherini peut-elle être chef de la diplomatie européenne et afficher en notre nom son soutien à l’Islam politique?

Pour Madame Mogherini, « l’Islam politique a un rôle important à jouer dans l’avenir de l’Europe ». Et d’ajouter: « l’Islam fait partie de l’Europe. Il a sa place dans notre histoire, dans notre culture, dans notre alimentation et plus important encore, dans notre présent et notre futur. Je n’ai pas peur de dire que l’Islam politique doit faire partie de l’équation. La religion joue un rôle en politique…. La religion peut faire partie du processus, le tout est qu’il soit démocratique. »

Pour Madame Mogherini, il n’y a pas de choc des civilisations et l’immigration de masse que nous connaissons aujourd’hui en Méditerranée est la bienvenue (!).  En faisant la promotion de « l’islam politique », Mogherini est en contradiciton flagrante avec le principe fondamental de la séparation de l’église et de l’état (ou devrions-nous dire mosquée?).

Madame Mogherini ne précise pas si elle estime que la Sharia est un système légal tout à fait acceptable ou si la décapitation et la lapidation appliquées dans les pays où « l’Islam politique » est pratiqué, comme l’Arabie Saoudite, sont acceptables.

C’est avec des déclarations aussi stupides que l’Europe est en train de prendre le mur. Il est significatif que nos dirigeants cherchent par tous les moyens à éviter de faire coïncider le mot islam avec ce que font les barbares de l’EI (Etat Islamique) en Irak, en Syrie, au Liban, au Nigeria et ailleurs. Soyons politiquement corrects! Pas d’amalgame… Madame Mogherini défend bien sûr les bons musulmans, le bon Islam politique…

Le mois dernier, le Premier ministre britannique David Cameron insistait encore à la télévision pour que l’on se réfère à Daesh et pas à l’Etat Islamique, « pour éviter d’offenser les musulmans ». Le vocable Daesh (qui veut dire état islamique) est donc utilisé par les Laurent Fabius, Didier Reynders et autres chefs de notre diplomatie, pour cacher au maximum la réalité, pour éviter de faire une liaison pourtant évidente. L’idéologie de l’EI est tirée directement de leur lecture du Coran.

Que Madame Mogherini, la première diplomate de l’Union Européenne, celle qui porte la parole de la Commission Juncker soit sotte à ce point et promeuve l’islam politique en notre nom à tous est incroyable. Et pourtant… On finira par regretter l’inodore et incolore Ashton. On s’étonnera après cela que le fossé se creuse entre les peuples d’Europe et la Commission européenne. Vous avez raison M. Juncker, c’est la Commission de la dernière chance, et c’est mal parti…

L.R.

 

 

Commentaires