Print Friendly, PDF & Email

RTL-TVI n’est plus la chaîne populaire qu’elle fut autrefois. Elle a perdu son âme, celle qu’entretenaient de grands professionnels comme Jacques Navadic, Jean Stock, Jean-Charles De Keyser. Les récents licenciements collectifs n’ont fait qu’écorner l’image de cette chaîne, dont on ne sait plus très bien si elle est belge ou luxembourgeoise. RTL Belgium est détenu à hauteur de 66% par RTL Group, société d’origine luxembourgeoise.

1. UNE DECONFITURE SPECTACULAIRE. En 2017, RTL Belgium ne peut plus cacher sa déconfiture. Le résultat opérationnel s’est affiché à 21 millions d’euros, soit une chute de 56,3 % par rapport à 2016 (Le Soir, 7 mars 2018). La déprime du marché publicitaire, l’arrivée de TF1 sur le marché belge (depuis le 6 septembre 2017), la concurrence agressive de la RTBF n’expliquent pas tout. RTL-TVI est une télévision qui manque de… vision. La télévision, en général, subit la concurrence des réseaux sociaux, surtout chez les jeunes, que RTL-TVI a toujours voulu favoriser. Il n’en reste pas moins que le support télévisuel caracole toujours en tête. Une preuve : la présence d’un représentant du parti Islam a indigné la plupart des téléspectateurs de cette chaîne belge-luxembourgeoise. Il n’en reste pas moins que les actuels dirigeants de RTL Belgium n’ont pas vu arriver les transformations dans les habitudes des téléspectateurs et arrivent très démonétisés dans un monde de l’audiovisuel en pleine transformation.

2. RTL BELGIUM SE TIRE UNE BALLE DANS LE PIED. RTL Belgium commet des erreurs stratégiques qui ressemblent fort à un chasseur se tirant une balle dans le pied. Le départ, contraint ou accepté, de 88 membres du personnel est un coup de poing dans l’oeil d’une station qui célèbre la proximité, depuis le slogan « Vos émotions en grand » jusqu’à « Ensemble« . A ce propos, Eric Van Duyse, un des journalistes récemment écartés, écrivait dans Journalistes, le mensuel de l’Association des Journalistes Professionnels (avril 2018) : « Pour une une entreprise où l’image est reine, celle d’une société sous plan social est suicidaire en termes de positionnement de marque. Une erreur qui ne finit pas de nous étonner. Quel annonceur ne réfléchira pas deux fois avant d’associer son nom à celui d’une entreprise en telle situation ?« . En d’autres termes, le plan de dégraissage du personnel, engendré par la direction de RTL-TVI, renvoie une partie de la manne publicitaire vers TF1, qui n’en attendait pas tant ! Au sommet du RTL Group, on doute de la capacité des dirigeants de RTL Belgium à gérer une crise.

3. LES DOUTES DES TELESPECTATEURS. La violence des licenciements de 88 membres du personnel ne reste pas sans conséquences dans l’esprit des téléspectateurs et auditeurs de RTL-TVI et de Bel RTL. « RTL, ce n’était donc pas une grande famille ? » Au plan politique, la partialité de l’information est patente. Inviter le groupuscule Islam n’est pas faire de l’information, quand on refuse d’inviter le PARTI POPULAIRE, autrement plus important que la liste des islamistes.

Il en ressort que RTL-TVI et Bel RTL sombrent lentement mais sûrement dans le coeur des Wallons et des Bruxellois – mais aussi des annonceurs qui représentent la seule source de financement de ce qui fut une grande télévision belge.

F.M.

Commentaires