Print Friendly, PDF & Email

Ceux qui en doutaient encore peuvent se rassurer : tout le cirque autour du réchauffement climatique n’est qu’une vaste manipulation de la vérité. L’apôtre du réchauffement climatique, Jean-Pascal van Ypersele de Strihou sera la vedette d’un rassemblement d’extrême gauche, au début du mois de septembre. Organisateur de cette grande fête ? Le PTB. 

Disons-le une fois pour toutes : jusqu’à présent, les scénarios catastrophismes concernant le réchauffement climatique n’ont profité qu’aux Etats endettés. C’est flagrant en Wallonie et à Bruxelles, où ces perturbations des prévisions météo n’ont eu qu’un unique effet tangible : la création de nouvelles taxes, dites « vertes » – la dernière étant un projet de « taxe CO2 » qui frappera chaque Belge en lui exigeant 30 euros par an (projet présenté par la ministre fédérale MR, Marie-Christine Marghem). Faut-il rappeler le fiasco des « certificats vertes », autre ponction dans l’argent des ménages ?

1. TOUT CE QUI EST PRESENTE COMME « VERT » EST, EN REALITE ROUGE. En matière de culpabilisation du citoyen, PS, Ecolo et PTB s’entendent comme larrons en foire. Et la branche gauchisante du MR n’est pas en reste.

Lors de sa prestation, annoncée pour le 8 septembre, Jean-Pascal van Ypersele de Strihou se retrouvera en glorieuse compagnie. Une invitée n’est autre qu’Alida Guevara, la fille du Che ! Elle se distingue par des déclarations telles que : « Le socialisme, c’est le respect du peuple« . C’est criminel de dire ça : Onkelinx, Moreau, Close, Demeyer, Magnette, Mathot, Di Rupo et autres Hariche vont nous faire une crise cardiaque…

Autre déclaration de cette femme-médecin : Cuba, c’est « une société centrée sur l’humain » (déclaration à retrouver sur le site de l’Association Suisse-Cuba). Papa Guevara pourrait en témoigner : il assistait personnellement à l’exécution des ennemis du régime de Fidel Castro – des fusils bien centrés sur le coeur êtres humains.

Et encore : « La désinformation crée la confusion » – un programme adopté con amore par la RTBF qui invite régulièrement Raoul Hedebouw (PTB) pour le laisser proférer ce genre d’énormité.

2. LE RASSEMBLEMENT DE L’EXTREME GAUCHE QUI NE DIT PAS SON NOM. Autres compagnons de route de Jean-Pascal van Ypersele de Strihou pendant la manifestation organisée par le PTB : Frank Vandenbroucke (ancien ministre socialiste, auquel nous devons d’avoir les pensions les plus basses d’Europe occidentale – chiffres de l’OCDE et d’Eurostat), Dave Sinardet (le « politologue indépendant » qui combat Bart De Wever et la droite assumée, invité régulier de la RTBF, on sait désormais pourquoi), Alexis Deswaef (ex-Ligue des Droits humains, qui ne cache plus son attachement à l’extrême gauche) et Edwy Plenel (le journaliste qui fit passer Tariq Ramadan pour un grand philosophe et se réjouit de l’islamisation de l’Europe, notamment dans ses livres Pour les Musulmans (2014) et Le Devoir d’Hospitalité (2017), tout un programme).

Professeur de climatologie et de sciences de l’environnement à l’université de Louvain, Jean-Pascal van Ypersele de Strihou ne craint donc pas de se commettre avec l’extrême gauche, alors qu’il tonne des cumulonimbus contre la droite et les climatosceptiques, stigmatisés « extrême droite » sans la moindre preuve.

3. LE BUSINESS TRES PROSPERE DE LA « CATASTROPHE CLIMATIQUE ». Nous ne polémiquerons pas à propos des dogmes des climatologues catastrophistes – mais nous sommes prêts à le faire, à tout moment. Soulignons seulement que ce mouvement a engendré des business très juteux (éoliennes, panneaux solaires…), qui déclenche des averses de dollars, tout aussi critiquables que les industries dites polluantes, mises au pilori par les van Ypersele de Strihou et autres figures de proue du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernementaux sur l’Evolution du Climat, rattaché à l’ONU). On consultera, à titre d’exemple, l’article Business vert, une vague écolo qui peut rapporter gros, même aux profanes sur le site Capital Management.

Pour le citoyen lambda, les gesticulations du GIEC se traduisent par des taxes, nouvelles ou accentuées. Tout cela, au nom d’une catastrophe annoncée dans une ou plusieurs centaines d’années. Nous serons évidemment tous présents pour vérifier si les experts ne se seront pas trompés d’un an dans leurs prévisions…

A.D.

Commentaires