Print Friendly

Régulièrement les grands médias[1] citent l’exemple de l’île d’El Hierro comme preuve qu’il est possible de s’alimenter exclusivement en électricité 100% renouvelable. Pourtant, les scientifiques compétents nous répètent que c’est virtuellement impossible. Qu’en est-il vraiment ?

El Hierro est une petite île de l’archipel des Canaries sur laquelle vivent environ 10.000 habitants. L’électricité y était fournie exclusivement par des groupes diesels jusqu’au 1er juillet 2015, avec un coût de production de 200 € par MWh (versus 40 € en France) et de vilaines émissions de CO2.

Pour remédier à cette situation, le consortium « Gorona del Viento » a été mis en place pour, selon les termes du contrat, assurer une production 100% renouvelable. Des éoliennes couplées à une centrale hydroélectrique, comprenant deux réservoirs de stockage d’eau reliés par deux aqueducs et une station de pompage devaient rendre l’île autonome en électricité grâce au vent. Le coût du système est de 82 millions d’euros, soit environ 8.000 € par habitant, subventionné pour moitié par les citoyens espagnols et… européens, donc aussi vous et moi !

L'"usine à gaz" renouvelable installée à El Hierro
L' »usine à gaz » renouvelable installée à El Hierro

Le dimanche 9 août 2015, jour de faible consommation, une brève démonstration, conforme à l’objectif annoncé pour le projet, a été réalisée. L’île a été alimentée pendant deux heures par 100% d’électricité renouvelable (éoliennes et hydraulique). Enthousiasme général dans les médias ! Ségolène Royal, sans doute encouragée par le Syndicat des Energies Renouvelables, a aussitôt récompensé cet exploit.

Le dimanche 31 janvier 2016 (encore un dimanche), nouveau miracle : l’île a été alimentée uniquement par une production d’énergie renouvelable pendant 16 heures d’affilée. La couverture médiatique a été unanime à saluer cet « exploit ».

Oui, mais voilà, la réalité est bien différente. Car, si durant ces six derniers mois, l’île a bien été alimentée pendant 18 heures par de l’électricité 100% renouvelable, elle a été aussi alimentée pendant 24 jours uniquement par la centrale au diesel, laquelle a assuré au moins 25% de la production électrique pendant plus de 99% du temps.

Puissance électrique journalière moyenne à El-HierroDurant ces six mois, la part de renouvelable n’a en fait été que de… 30% de la consommation électrique de l’île : 70% a été assurée par la centrale au diesel. Et pour aboutir à cette remarquable performance, le coût de production de l’électricité a été multiplié par quatre (800 €/MWh au lieu de 200 €/MWh) et le coût du CO2 évité de 1.000 € la tonne… alors que les droits d’émissions de CO2 valent actuellement 5 € !

Cette belle arnaque a été brillamment mise en musique dans les médias pour faire croire que les renouvelables, « ça marche ». C’est aussi une escroquerie intellectuelle idéologique, ainsi qu’une belle opération financière pour ses organisateurs, lesquels vont recevoir 7 millions d’euros des mains du Ministre de l’énergie espagnol en mars 2016, en plus du pourboire de 136.000€ provenant de la vente de l’électricité.

En fait, là est le véritable exploit : réussir à gruger un état et l’Europe qui n’ont rien vu, ou qui n’ont rien voulu voir, malgré les avertissements d’ingénieurs ayant pourtant travaillé sur ce projet. Ainsi, le 23 juin 2014, deux de ces ingénieurs déclaraient dans le quotidien de l’île[2] que malgré « les belles phrases grandiloquentes », la part de la production de renouvelables sera proche de 25%. Et pourtant, il y beaucoup de vent à El Hierro !

« Il n’y a pas pire sourd et aveugle que celui qui ne veut ni entendre ni voir ». Nos représentants européens sont-ils si incompétents ? Pourquoi refusent-ils de se rendre à l’évidence face au gouffre financier et à l’impasse technique des éoliennes et des panneaux photovoltaïques? Pris pour des idiots dans le domaine de la production d’énergie, que pensent les citoyens européens de ce monstrueux hold-up sur leurs impôts ?

Michel Gay

Pour en savoir plus, lire l’étude « El Hierro, une île à l’électricité 100% renouvelable ? » par Hubert Flocard.

[1] Voir par exemple les articles mensongers dans Le Monde et à la RTBF, ainsi que les « reportages » d’Arte.

[2] Voir diarioelhierro.es (en espagnol).

Commentaires