Print Friendly, PDF & Email

Les victimes des attentats de Bruxelles (22 mars 2016) viennent d’être tuées une seconde fois. Et par le ministre des Affaires étrangères belge, Didier Reynders (MR) en personne. 

La presse venait de nous apprendre  que le « Verviétois » Tarik Jadaoun avait été condamné à mort par pendaison, en Irak. On s’attendait à voir monter au créneau la Ligue des droits de l’homme, Amnesty International et quelques parlementaires de l’acabit de Jamal Ikazban, Zoé Genot ou Ahmed El-Khannouss, habitués à choisir le camp des terroristes de préférence à celui de la sécurité du citoyen belge.

1. LE CITOYEN BELGE EST-IL ENCORE PROTEGE PAR SES ELUS ? Les associations subsidiées ont été dépassées au poteau par rien moins que Didier Reynders (MR), ministre des Affaires étrangères. Il vient de demander à la justice irakienne de ne pas exécuter le terroriste (Le Soir, 22/05/2008), dont il est prouvé qu’il a exécuté des opposants au pouvoir de l’Etat Islamique. On sait aussi que Jadaoun (notre photo) a participé à la « formation à la guerre sainte » d’enfants… que le parti de Reynders, le MR, veut faire revenir en Belgique !

Le même Jadaoun a incité les jeunes musulmans à tuer des Belges et des Français sur le territoire européen.

Après Charles Michel (MR), se précipitant chez des illégaux ayant mis en danger la vie de leur fillette de deux ans, on se demande si le citoyen belge est encore protégé par ceux-là même qui devraient se soucier ses intérêts et de sa sauvegarde…

Dans l’optique de Reynders, un terroriste dangereux vaut mieux qu’un touriste belge, retenu illégalement en Turquie, pour lequel il ne bouge pas le petit doigt.

2. REYNDERS VEUT SAUVER LA TÊTE D’UN TERRORISTE QUI A JURE DE DETRUIRE LA BELGIQUE. Après tout, Tarik Jadaoun n’est plus « Verviétois », à moins que Reynders veuille nous faire à nouveau le coup du « pauvre Belge dévoyé » qu’il s’agit de rapatrier ?

Jadaoun avait bien indiqué dans des vidéos, diffusées par l’Etat Islamique (Daesh), qu’il voulait tuer en Belgique et en France. Il se revendiquait de l’Etat Islamique, reniant de facto sa nationalité belge – il disposait aussi de la nationalité marocaine, le pays d’origine de sa famille.

Des reportages complaisants (notamment la VRT, télévision publique flamande) avaient diffusé son faux repentir, son désir de revenir en Belgique (et sa justice laxiste, et ses généreuses allocations). Il croyait bien avoir retourné l’opinion en sa faveur.

C’est tout sourire qu’il est entré dans la salle de la Cour pénale centrale de Bagdad. Son visage s’est décomposé lorsqu’il a entendu la sentence. Minable réaction pour un terroriste qui prétendait « vouloir mourir pour Allah »…

Voilà le personnage pour lequel Didier Reynders (MR) demande la grâce. On ne saurait mieux agir contre l’intérêt du citoyen belge. Cette demande de grâce va encore exiger des sommes considérables, en frais d’avocats, de diplomates, de démarches – sans compter la conclusion à ce genre de comédie : le rapatriement du terroriste pour être « livré à la justice », qui prononcera une peine permettant de remettre Jadaoun en liberté au plus vite…

Le PARTI POPULAIRE condamne la démarche de Didier Reynders (MR) qui va à l’encontre aux intérêts et à la sécurité du citoyen belge honnête et paisible. Quel signal envoyé aux terroristes en herbe : ils savent désormais que, quoi qu’ils fassent, Didier Reynders volera à leur secours, quitte à faire passer les terroristes pour des victimes.

Le PARTI POPULAIRE s’est inlassablement opposé à la clémence pour les 629 djihadistes (voir le tableau ci-dessus) qui ont quitté ou s’apprêtaient à trahir la Belgique pour combattre contre elle. Non au rapatriement des « returnees » et leurs familles !

A.D.

Commentaires