Print Friendly, PDF & Email

Oubliez les beaux discours larmoyants sur le sort « épouvantable » des migrants convoyés par l’Aquarius. Le « sauvetage » des migrants est, en réalité, un commerce particulièrement odieux. Et c’est nous qui payons la facture. 

C’est un bénévole, embarqué par S.O.S. Méditerranée sur l’Aquarius qui a vendu la mèche.

La vidéo que nous publions sur cette page montre ce qui se passait vraiment sur le bateau. Les Grandes Consciences nous assuraient que tous ces « migrants » souffraient de faim et de soif, condamnés à une mort lente, puisque l’affreux Matteo Salvini, ministre italien de l’Intérieur, leur interdisait l’abordage en Italie.

La réalité est toute autre. L’Aquarius et S.O.S.Méditerranée se révèlent des entreprises d’une haute immoralité. Le navire a été enregistré, tantôt à Malte, tantôt à Gibraltar, sous une fausse raison sociale. Sans autre forme de procès, il s’est vu retirer son pavillon dans ces deux havres pourtant très laxistes – même Panama n’en veut pas…

La vidéo nous montre des membres de S.O.S. Méditerranée (on voit le logo au dos des T-shirts portés par deux membres très agités) organisant une java pour des « affamés » et des « assoiffés » qui puisent suffisamment de forces pour se lancer dans une lambada endiablée.

L’histoire ne dit pas si ce raout précède ou suit le jet à la mer des papiers des « migrants » et l’offrande d’iPhones contenant toutes les ruses à utiliser pour se faire accueillir en Europe.

Cette révélation montre combien le « drame des réfugiés » est une ignoble imposture. Elle renforce l’opinion, plusieurs fois exprimée par M. Salvini, très conscients du véritable but de ces opérations « humanitaires » : le remplacement des populations européennes, la casse des salaires des Européens de souche, la mise au régime chinois des générations futures d’Europe. Un retour aux pires années, lorsque régnait la Bête immonde. 

A.D.

 

Commentaires