Print Friendly, PDF & Email

Depuis cette année 2017, les sacs en plastique à usage unique sont interdits en Wallonie et à Bruxelles. On les accuse presque d’être responsables des ouragans qui ravagent l’Amérique et les Caraïbes. Après avoir provoqué la fonte des glaces du Pôle Nord, la montée des eaux océaniques, sans compter le coup de soleil que le nez de Louis Michel.

Nous pouvons déjà admirer l’effet des incivilités : sacs abandonnés dans les rues, voletant au moindre coup de vente et s’abattant sur les parebrises des voitures en route. Mais il nous faudra attendre une cinquantaine d’années pour constater l’effet nocif des sacs en plastique sur l’environnement.

D’ici là, nous aurons abattu beaucoup d’arbres pour la multiplication des sacs de remplacement, en papier.

Petite question : les sacs poubelles, imposés un peu partout et rapportant beaucoup de picaillons aux communes et aux fabricants, souvent alliés à des politiciens, ils ne polluent pas ? Ils ne participent pas au réchauffement climatique, dont les effets ne sont guère sensibles en ce mois de septembre, un des plus froids du siècle ?

Le Parti Populaire ne verrait pas d’un mauvais œil le retour aux poubelles individuelles, gratuites et non polluantes. Cela allègerait la facture des ménages et serait tout aussi efficace que les sacs de couleurs diverses qui aboutissent trop souvent dans les mêmes fourneaux.

Commentaires